Page d'accueil > Classics > Fiction > 18e siècle > Roxana Évaluation

Roxana

Par Daniel Defoe John Mullan, Juanita McMahon,
Avis: 29 | Évaluation globale: Le mal
Lauréat du prix
2
Bien
9
Médias
8
Le mal
5
Terrible
5
Roxana (1724), le dernier et le plus sombre roman de Defoe, est l'autobiographie d'une femme qui a troqué sa vertu, d'abord pour sa survie, puis pour la gloire et la fortune. Son narrateur raconte l'histoire de sa propre vie «méchante» en tant que maîtresse d'hommes riches et puissants. Aventurière débrouillarde, elle est aussi une analyste impitoyable de ses propres susceptibilités, qui nous parle du prix

Avis

date de révision 05/12/2020
Candice Schwall

Daniel Defoe, le populaire marchand de charbon des années 1700, est de retour avec une autre histoire sexy sur les salopes sexy ayant des relations sexuelles - et celle-ci pourrait être sa plus sale encore! Roxana offre sa femme de chambre à des fins sexuelles à son amant! Elle s'habille comme une esclave du harem et met des petits numéros de danse sexy! Ce n'est pas aussi sale que le célèbre porno 1750 Fanny Hill, mais ce n'est pas si loin.

Defoe aime mettre ses personnages dans une situation désespérée. Il est le plus célèbre pour celui sur le naufragé, mais ses deux prochains livres les plus célèbres - ceci et Moll Flanders - utilise beaucoup le mot "putain", et cela me suffit pour un modèle: ces livres étaient destinés à titiller, et il est juste de penser à Defoe comme un gars qui a écrit des livres sales. Il s'en sort avec les trucs racés en créant ces détroits désespérés, forçant ses personnages à prendre des décisions difficiles, puis en se tordant la langue dessus, une tradition qui se prolonge jusqu'au vendredi 13 films et leur habitude bien-aimée de montrant des adolescents ayant des relations sexuelles avant le mariage puis se faire hacher.

Plus avoir son gâteau et le baiser aussi
- Les Liaisons dangereuses
- Delta of Venus
- Jeune élève
- Fatal Attraction
- Fifty Shades Of Grey

C'est aussi un pédant. Si ses livres se distinguent par les exigences dans lesquelles ils mettent leurs protagonistes, ils sont également cohérents dans leurs dossiers méticuleux. Crusoé a dressé la liste de toutes les fournitures sur son île. Roxana passe en revue ses finances avec vous, dans les moindres détails, encore et encore. C’est aussi une tradition qui s’étend Balzac et Un arbre pousse à Brooklyn. Cela semble ennuyeux, mais si vous voulez comprendre comment l'argent fonctionnait dans les années 1700, voici votre grande chance. Vous ne le faites pas, bien sûr, donc c'est surtout ennuyeux.

Virginia Woolf dit que Defoe "semble avoir pris ses personnages si profondément dans son esprit qu'il les a vécus sans savoir exactement comment, et, comme tous les artistes inconscients, il laisse plus d'or dans son travail que sa propre génération n'a pu apporter à la surface." J'ai l'impression que ses personnages lui échappent: ils sont plus que ce qu'il pense qu'ils sont. (Ou, au moins, il y a assez de vie en eux pour devenir plus avec le temps.) Robinson Crusoe est un fou. Moll Flanders est presque une féministe.

Et Roxana ... eh bien, Roxana est compliqué. "Voir la liberté semblait être la propriété de l'homme, je serais un homme-femme, car, comme je suis née libre, je mourrais ainsi", dit-elle, et c'est assez génial, non? Elle insiste sur l'indépendance. Son refus d'épouser sa série de compagnons semble triomphant à un lecteur moderne. Elle me rappelle la puissante Becky Sharp, qui échappe également à son auteur et est puni par lui pour cela, ou malgré lui.

Mais elle est punie et Roxana ne traduit pas aussi bien pour nous lecteurs modernes que Moll Flanders. C'est une sorte de narratrice accidentelle et peu fiable. Elle a l'air convaincante, mais elle est terriblement cruelle envers ses enfants. je comme sa; J'ai du mal à réconcilier la femme qui semble constamment consciente et préoccupée par les sentiments des autres avec la femme qui laisse derrière elle une traînée d'enfants abandonnés comme une phoque du Groenland. C'est probablement la faute de Defoe; il essaie plus fort de rentrer dans la tête de Roxana, pour décrire sa motivation et sa personnalité, qu'il ne l'a jamais fait avec Moll ou Robinson, et il débloque un peu. Elle ne parvient tout simplement pas à apparaître comme une humaine cohérente et crédible. C'est le plus psychologique des romans de Defoe, et il révèle sa faiblesse.

Du côté positif, cependant, il y a des parties sexy.
date de révision 05/12/2020
Wachtel Bellue

Si quelqu'un me disait: "Écoutez, j'ai le temps et l'envie de lire juste un livre de Defoe (ou un roman anglais de la période 1700-1725 - même chose!), qui devrait-il être? "Ma seule réponse possible pourrait être:" Pourquoi, Roxana bien sûr!" Viz., qu'à mon avis non seulement Roxana Le dernier roman de Defoe, c'est aussi son meilleur parce que:
(i) la capacité de l'auteur à "s'écarter" et à habiter pleinement la personnalité de son narrateur confessionnel à la première personne atteint son apogée absolue dans ce livre (bien qu'il s'agisse en effet du point fort de M. Foe dans tous ses livres);
(ii) il est aussi rempli d'incidents de détournement que Moll Flanders (et bien plus que Robinson Crusoë!), sur un pied d'égalité à cet égard Capitaine Singleton ;
(iii) Le penchant de Defoe pour créer du "réalisme" en empilant des détails factuels nausée est gardé le plus gratifiant en échec* ici par rapport à ailleurs.

Mais le plus important pour ce lecteur est:
(iv) la première apparition dans le roman anglais d'une ambiguïté réelle et indéterminée! Car tandis que le narrateur insiste continuellement pour nous dire tout au long du livre qu'elle un don (c'est-à-dire à un moment indéterminé bien plus tard dans sa vie) regrette la vie de cupidité et de plaisir qu'elle a poursuivie, le roman lui-même suggère le contraire, qu'elle recommencerait si elle en avait l'occasion (un sentiment également partiellement présent dans le conte pirate de Capitaine Singleton, btw). Car elle est continuellement, en fait, en guerre avec elle-même, même dans le récit de son histoire, contrairement aux convertis sincères et aux repentis qui tentent de nous élever moralement / nous instruire les lecteurs dans les autres romans de Defoe. (Une telle ambiguïté est également en jeu de plusieurs autres manières, comme un schéma à double temps par lequel nous sommes simultanément dans la cour de restauration débauchée de Charles II ainsi que dans ce tout aussi indemne - du pov de De Foe - cour de George I ...).

Conseillé.

*(voir spoiler)[Un tel excès est particulièrement évident dans Un journal de l'année de la peste et dans Robinson Crusoë. Ici cependant, il est utilisé avec si parcimonie que, lorsqu'il est déployé, il est assez efficace. Considérez, par exemple, ce moment plus tard dans le roman où (le actuellement regrettable, souvenez-vous) Roxana finit par être fiancée à son marchand hollandais, et ils se révèlent mutuellement l'étendue de la richesse qu'ils ont accumulée jusqu'à présent individuellement et apportent maintenant à leur "jointure" connubiale et à leur couvenante hyménée, un tel concordat nuptial et une telle affaire conjugale comme le monde de la comptabilité n'a jamais vu! <- je continue un peu là, parce que Defoe lui-même procède ensuite exactement à cela, plongeant dans le genre de détails joyeux qu'il aime tellement ailleurs, mais parce qu'il s'est retenu, nous les lecteurs nous délectons également de Roxana et de son fiancé Scrooge McDuck-comme se délectant comme dans leur richesse incalculable (enfin, maintenant très «racontée»): So we open’d the Box; there was in it indeed, what I did not expect, for I thought he had sunk his Estate, rather than rais’d it; but he produc’d me in Goldsmith’s Bills, and Stock in the English East-India Company, about sixteen thousand amounting in the whole to 5800 Crowns 289 per Annum, or annual Rent, as ’tis call’d there and lastly, the Sum of 30000 Rixdollars in the Bank of Amsterdam; besides some Jewels and Gold in the Box, to the Value of about 15 or 1600 livres among which was a very good Necklace of Pearl, of about 200 livres Value; and that he pull’d out, and ty’d about my Neck; telling me, That shou’d not be reckon’d into the Account.

I was equally pleas’d and surpriz’d; and it was with an inexpressible Joy, that I saw him so rich: You might well tell me, said I , that you were able to make me Countess , and maintain me as such: In short , he was immensly rich; for besides all this, he shew’d me, which was the Reason of his being so busie among the Books, I say , he shew’d me several Adventures he had Abroad, in the Business of his Merchandize; as particularly, an eighth Share in an East-India Ship then Abroad; an Account-Courant with a Merchant, at Cadiz in Spain ; about 3000 livres lent upon Bottomree? upon Ships gone to the Indies ; and a large Cargo of Goods in a Merchant’s Hands, for Sale, at Lisbon in Portugal ; so that in his Books there was about 12000 livres more; all which put together, made about 27000 livres Sterling, and 1320 livres a Year.

I stood amaz’d at this Account, as well I might , and said nothing to him for a good-while, and the rather, because I saw him still busie, looking over his Books: After a-while, as I was going to express my Wonder; Hold , my Dear, says he , this is not all neither; then he pull’d me out some old Seals, and small Parchment-Rolls, which I did not understand; but he told me , they were a Right of Reversion which he had to a Paternal Estate in his Family, and a Mortgage of 14000 Rixdollars , which he had upon it, in the Hands of the present Possessor; so that was about 3000 livres more.

But now hold again, says he , for I must pay my Debts out of all this, and they are very great, I assure you; and the first, he said , was a black Article of 8000 Pistoles, which he had a Law-Suit about, at Paris , but had it awarded against him, which was the Loss he had told me of, and which made him leave Paris in Disgust; that in other Accounts he ow’d about 5300 livres Sterling; but after all this, upon the whole, he had still 17000 livres clear Stock in Money, and 1320 livres a-Year in Rent.

After some Pause, it came to my Turn to speak; Well, says I , ’tis very hard a Gentleman with such a Fortune as this, shou’d come over to England , and marry a Wife with Nothing ; it shall never, says I , be said, but what I have, I’ll bring into the Publick Stock; so I began to produce.

First , I pull’d out the Mortgage which good Sir Robert had procur’d for me, the annual Rent 700 l . per Annum ; the principal Money 14000 livres
Secondly , I pull’d out another Mortgage upon Land, procur’d by the same faithful Friend, which at three times, had advanc’d 12000 livres.
Thirdly , I pull’d him out a Parcel of little Securities, procur’d by several Hands, by Fee-Farm Rents, and such Petty Mortgages as those Times afforded, amounting to 10800 livres principal Money, and paying six hundred and thirty six Pounds a-Year; so that in the whole, there was two thousand fifty six Pounds a-Year, Ready-Money, constantly coming in.

When I had shewn him all these, I laid them upon the Table, and bade him take them, that he might be able to give me an Answer to the second Question , viz. What Fortune he had with his Wife ? and laugh’d a little at it.
Mais comme mon arrière-grand-mère écossaise disait apparemment: «Trop de rire mène toujours à pleurer», bien sûr, hélas! (cacher le spoiler)]
date de révision 05/12/2020
Melany Rounkles

Oh! C'est si délicieusement vieux! Peines qui s'étendent pour les paragraphes; capitalisation apparemment aléatoire éparpillée dans les pages! Et pourtant, c'est une histoire tellement humaine que vous pouvez à peine croire que la créature qui s'appelait elle-même humaine dans les années 1720 pourrait avoir tant de choses en commun avec vous, vous-même. Tout le monde est tellement méchant! Il fait semblant d'être bien moderne.
date de révision 05/12/2020
Grimona Kopelman

Ce livre contient l'argument le plus moderne, le plus convaincant et le plus perspicace sur les raisons pour lesquelles les femmes de 1724 préféraient rester célibataires, ce qui est une lecture incontournable et met en évidence toutes les forces de Roxana. Je promets, le reste du roman n'est RIEN comme ça. Si vous êtes intéressé à le vérifier, passez à la balise de spoiler inférieure.



Je ne fais pas partie de ces gens qui font les livres de DNF. Et ouais, j'ai abandonné L'Oresteia mais vous le feriez aussi si vous deviez lire toutes ces notes de bas de page après avoir abandonné le cours

Si j'étais intelligent (et si vous l'êtes), je n'aurais jamais fini ce livre. Mais c'est bizarre et je suis content de l'avoir fait.

L'histoire commence, faute d'un meilleur mot, ennuyeux. J'ai lu une fois quelque part qu'une bonne histoire commence dans les médias (au milieu des choses), mais nous avons une idée de qui est notre narratrice d'où elle choisit de commencer l'histoire.

Je suis né, comme mes amis me l'ont dit, dans la ville de Poitiers, dans la province ou le comté de Poitou en France, d'où j'ai été amené en Angleterre par mes parents, qui ont fui leur religion vers l'année 1683, lorsque les protestants ont été bannis de France par la cruauté de leurs persécuteurs.

Intéressant? Malheureusement, l'histoire n'a rien à voir avec tout cela. Roxana se contente de raconter les faits, et bien qu'elle soit claire et concise ici, elle ne fait qu'évoluer à mesure que l'histoire se déroule et que les choses commencent à devenir un peu plus ... intimes (et je ne parle pas seulement de ses choix). Le résumé sur Goodreads dépeint Roxana comme une femme qui a "échangé sa vertu" et au fur et à mesure que l'autobiographie avance, elle tente de se peindre ainsi. Mais parce que c'est une autobiographie, et qu'elle est la narratrice devenue auteur, vous obtenez non seulement beaucoup de "Mais pour continuer avec ma propre histoire" quand elle s'égare même pour une SECONDE sur quelqu'un d'autre, même son plus intime connaissance et amie la plus aimée, Amy. Vous obtenez également beaucoup de ceci:

Je puis appeler cela appeler languissant, car si la Providence ne m'avait pas soulagé, j'aurais dû mourir en peu de temps. Mais de cela ci-après.

En tant que lecteur moderne, vous pouvez faire valoir cet argument, eh bien peut-être qu'ils ont écrit différemment à l'époque. Je peux vous assurer, après avoir lu une quantité décente de littérature du XVIIIe siècle, que ce n'était pas courant. Vous avez obtenu la première personne principalement par le biais de lettres, mais il était plus populaire d'écrire sur le moment ou dans un ordre chronologique, plutôt que de laisser tomber ces indices ennuyeux de ce qui s'en vient. Moi, je ne peux pas le supporter. C'est ennuyant! Je ne veux pas de vos spoilers à mi-parcours, je veux la preuve irréfutable de ne pas savoir ce qui va arriver. Parce que pendant la majeure partie de l'histoire, j'étais convaincu que Roxana est un narrateur terrible, terrible.

Même si vous n'êtes pas comme moi, vous obtenez toujours des scènes comme celle-ci, où elle est si égocentrique et si éloignée de raconter son histoire - ce qui, au fait, vous ne savez jamais à quelle période elle a commencé à raconter - que vous devez du mal à continuer, car même les choses les plus terriblement horribles sont passées sous silence:

Je n'avais que de petits encouragements à lui donner, et je ne pouvais en dire que très peu, mais je l'ai amenée à se calmer un peu et à ne laisser aucun des gens du navire comprendre ce qu'elle voulait dire ou ce qu'elle avait dit. Mais même dans son plus grand sang-froid, elle a continué à s'exprimer avec la plus grande terreur et terreur à cause de la vie méchante qu'elle avait vécue, et criant qu'elle devrait être damnée et autres, ce qui était très terrible pour moi qui savais dans quelle condition j'étais en moi.

Oui, ce ne sont que deux phrases.

Je peux voir à partir de certaines de ces lignes que ce livre peut sembler très convaincant avec son narrateur égoïste, qui étant si égoïste et absorbé, peut parfois devenir très peu fiable, surtout avec sa perspective limitée. Mais pourtant, je maintiens mes croyances, à savoir que ce livre ne traite pas d'un langage profond, significatif et poétique. Je n'ai lu aucun autre Defoe, donc je ne peux pas vous dire si c'est juste son style, ou s'il avait l'intention de quelque chose de «différent» avec celui-ci.

Cependant, de temps en temps, vous obtenez une ligne comme celle-ci:

Cependant, cela nous montre avec quelles faibles excuses et avec quelles bagatelles nous prétendons nous satisfaire et réprimer les tentatives de conscience dans la poursuite d'un crime agréable et dans la possession de ces plaisirs dont nous répugnons à nous séparer.

Ce qui est absolument magnifique. Le vrai don de Roxana est de nous faire comprendre son processus de pensée et pourquoi elle a fait des choses. Elle se répète continuellement, oui, mais cette répétition est là pour vous obliger, non seulement à croire son histoire souvent comment est-ce possible comme un fait, mais aussi comme une défense. Roxana veut que vous acceptiez la chaîne de vie et que vous disiez: "Eh bien, si vous avez agi ainsi et que vous avez ressenti cela, eh bien, cela a du sens ..."

Le problème avec cette histoire est vraiment la période. Les aventures de Roxana seraient parfaitement acceptables (et peut-être pas aussi rentables) de nos jours. Et bien sûr, je suis tout pour une héroïne méchante. Mais mon bœuf avec cette histoire, c'est que l'original, eh bien ... Il n'y a pas de catharsis. Roxana est vraiment la maîtresse FORTUNATE. Et c'est un gros problème.

Vous voyez, c'est la fin de l'histoire

(voir spoiler)[ Ici, après quelques années de circonstances florissantes et extérieurement heureuses, je me sens dans un cours terrible de calamités, et Amy aussi; l'inverse de nos anciens bons jours. L'explosion du ciel semblait suivre la blessure faite à la pauvre fille par nous deux, et j'ai été ramené si bas que mon repentir ne semblait être que la conséquence de ma misère, car ma misère était hors du crime. (cacher le spoiler)]

Naturellement, j'ai trouvé à redire à cette fin, parce que tout le monde sait quelle équipe est censée gagner et perdre, et comment cela doit être une très bonne défaite, surtout après un très bon gain. Eh bien, c'est une fin vraiment pathétique. Certaines personnes se sont trompées, et une personne très spéculée a donc écrit une fin différente.

Le problème avec cette fin est qu'elle n'est pas du tout d'accord avec le processus de l'histoire à bien des égards. Il ramène Roxana, qui est aux Pays-Bas dans le dernier paragraphe, en Angleterre et la démarre là-bas. Bien qu'il explique certaines choses (voir spoiler)[comme ce qui est arrivé à Susanna si elle n'était pas vraiment morte (cacher le spoiler)], il rompt toujours la continuité d'une mauvaise mauvaise façon. Il n'est pas non plus d'accord avec le dernier paragraphe (voir spoiler)[Il y a eu des années heureuses en Hollande avant que les calamités ne surviennent - Roxana n'a rien de tout cela, Susanna vient tout de suite et gâte tout (cacher le spoiler)].

Maintenant, quant à la raison pour laquelle j'ai aimé lire ceci, alors qu'il était si terne et horrible et placide au milieu, c'était la fin. Une fois que vous avez lu les diverses gloires de Roxana, vous vous demandez bien pourquoi cela vaut la peine d'être raconté. Parce que les deux dernières pages entraînent, comme décrit par un autre lecteur, un accident de voiture qui se déplace lentement. Pour moi, ce fut le moment le plus convaincant de tournage de page de tout le livre. Si Roxana avait pensé à inclure ou à ne pas ignorer plus de moments de presque brûlé, ou d'avoir sa couverture soufflée, ou simplement encadrer les cas qui se sont produits correctement, ce livre serait plus convaincant.

En l'état, j'ai dû lui donner 3 étoiles, simplement à cause du début. J'aurais vraiment pu abandonner ce livre! La fin était vraiment plus proche de 3.5 ou 4.

Maintenant, je recommanderais cela? Peut-être que si vous êtes contraint par ce que vous voyez ici, appréciez la littérature classique, avez déjà apprécié Defoe, et surtout, sachez dans quoi vous vous embarquez! Je ne saurais trop insister sur ce point, ce n'est pas le livre qu'on m'a promis. Voici le VRAI résumé de Roxana.

Roxana (1724), le dernier roman de Defoe, est l'autobiographie d'une femme au bord de la survie. Pour survivre, elle doit sacrifier sa vertu et son honneur pour du pain dans les bras d'un autre homme. Plusieurs années plus tard, lorsque la tragédie frappe le couple, on lui offre la chance de tout recommencer, mais cette fois en tant que maîtresse non déguisée. Tout au long, Roxana se décrit comme distante, distante et exotique - lui valant le nom qu'elle gagne en Angleterre pour sa possession à parts égales de beauté, d'équilibre et de mystère. Souvent plus composée qu'elle ne devrait l'être, Roxana est une analyste indulgente de ses propres susceptibilités, suppliant le public de comprendre comment elle a été conduite dans cette voie. Dotée d'un égoïsme si profond qu'elle est insensible à tout ce qui l'entoure, elle est capable de poursuivre sa vie de renommée pendant de nombreuses années et de se réjouir du gain. Contrairement aux autres anti-héros pénitents de Defoe, Roxana ne ressent jamais de culpabilité, de chagrin ou de honte à moins qu'elle ne pense que cela la sauvera des conséquences. La réussite de Defoe a été d'inventer, dans `` Roxana '', un conteur captivant, mais ce à quoi il a réussi était une narration peu fiable dont la détermination unique rend la narration moins prévisible que les lecteurs modernes ne sont généralement habitués.


Passage infâme des vues de Roxana sur le mariage
(voir spoiler)[Il était extrêmement déçu de cet article et ne savait pas comment gérer pendant un bon moment; et comme j'ose le dire, s'il ne s'était pas attendu à ce que ce soit une récompense pour m'épouser, il ne m'aurait pas tenté dans l'autre sens, donc, je pensais que si ce n'était de l'argent qu'il savait que j'avais, il n'aurait jamais voulu m'épouser après avoir couché avec moi. Car où est l'homme qui se soucie d'épouser une pute, bien que de sa propre fabrication? Et comme je le savais pas idiot, je ne lui ai pas fait de mal quand je le supposais, mais pour l'argent, il n'aurait pas pensé à moi de cette façon, surtout après avoir cédé comme je l'avais fait; dans lequel il faut se rappeler que je n'ai pas capitulé pour l'épouser quand je lui ai cédé, mais laissez-le faire ce qu'il voulait, sans aucune négociation préalable.

Eh bien, jusqu'à présent, nous avons deviné les conceptions des uns et des autres; mais comme il continuait à m'importer de me marier, bien qu'il ait couché avec moi, et qu'il mentait toujours aussi souvent qu'il le voulait, et je continuais à refuser de l'épouser, bien que je le laisse mentir avec moi chaque fois qu'il le voulait; Je dis, comme ces deux circonstances ont constitué notre conversation, cela ne pouvait pas durer longtemps ainsi, mais nous devons arriver à une explication.

Un matin, au milieu de nos libertés illicites - c'est-à-dire lorsque nous étions au lit ensemble - il a soupiré et m'a dit qu'il souhaitait ma permission pour me poser une question, et que je lui répondrais avec la même ingénieuse liberté et honnêteté que j'avais utilisées pour le traiter. Je lui ai dit que je le ferais. Pourquoi, alors, sa question était, pourquoi je ne voudrais pas l'épouser, vu que je lui accordais toute la liberté d'un mari. "Ou", dit-il, "mon cher, puisque vous avez eu la bonté de m'emmener dans votre lit, pourquoi ne me ferez-vous pas le vôtre, et ne me prendrez-vous pas pour de bon et pour que nous puissions nous amuser sans aucun reproche?" à une autre?"

Je lui ai dit que, comme je l'avouais, c'était la seule chose dans laquelle je ne pouvais pas me conformer à lui, donc c'était la seule chose dans toutes mes actions que je ne pouvais pas lui donner de raison; qu'il était vrai que je l'avais laissé me coucher, ce qui était censé être la plus grande faveur qu'une femme puisse accorder; mais il était évident, et il le verrait peut-être, que, étant conscient de l'obligation qui m'incombait à lui de me sauver des pires circonstances auxquelles il m'était possible d'être amené, je ne pouvais rien lui refuser; et si j'avais eu une plus grande faveur pour le céder, j'aurais dû le faire, à l'exception du mariage seulement, et il ne pouvait que voir que je l'aimais à un degré extraordinaire, dans chaque partie de mon comportement envers lui; mais qu'en ce qui concerne le mariage, qui renonçait à ma liberté, c'était ce qu'il savait une fois que j'avais fait, et il avait vu comment cela m'avait fait monter et descendre dans le monde, et à quoi cela m'avait exposé; que j'avais une aversion pour lui, et que je désirais qu'il n'y insiste pas. Il pourrait facilement voir que je n'avais aucune aversion pour lui; et que, si j'étais avec lui par lui, il verrait un témoignage de ma bonté envers le père, car je réglerais tout ce que j'avais au monde sur l'enfant.

Il était muet un bon moment. Il dit enfin: "Viens, ma chère, tu es la première femme au monde à avoir couché avec un homme et à avoir ensuite refusé de l'épouser, et il doit donc y avoir une autre raison à ton refus; et j'ai donc une autre demande, et c'est, si j'imagine la vraie raison, et retirer l'objection, allez-vous alors me céder? " Je lui ai dit que s'il retirait l'objection, je devais me conformer, car je devrais certainement faire tout ce contre quoi je n'avais aucune objection.

"Pourquoi alors, ma chère, ce doit être soit que vous êtes déjà fiancé ou marié à un autre homme, soit que vous n'êtes pas disposé à disposer de votre argent pour moi, et que vous vous attendez à avancer plus loin avec votre fortune. Maintenant, si cela soyez le premier de ceux-ci, ma bouche sera fermée, et je n'ai plus rien à dire; mais si ce est le dernier, je suis effectivement prêt à lever l'objection et à répondre à tout ce que vous pouvez dire à ce sujet. "

Je l'ai pris court au début de celui-ci, en lui disant qu'il devait avoir des pensées de base en effet, pour penser que je pouvais lui céder comme je l'avais fait, et continuer avec autant de liberté qu'il a trouvé que je si j'avais un mari ou si j'étais fiancé à un autre homme; et qu'il pouvait en dépendre, ce n'était pas mon cas, ni aucune partie de mon cas.

"Pourquoi alors," dit-il, "quant à l'autre, j'ai une offre à vous faire qui enlèvera toute objection, c'est-à-dire que je ne toucherai pas un pistole de votre succession plus que ce ne sera avec le vôtre le consentement volontaire, ni maintenant ni à aucun autre moment, mais vous le réglerez à votre guise pour votre vie et à qui vous voudrez après votre mort; " que je verrais qu'il a pu me maintenir sans elle, et que ce n'est pas pour ça qu'il m'a suivi de Paris.

J'ai été en effet surpris de cette partie de son offre, et il pourrait facilement la percevoir; ce n'était pas seulement ce à quoi je ne m'attendais pas, mais c'était ce à quoi je ne savais pas à quoi répondre. Il avait, en effet, levé ma principale objection - non, toutes mes objections, et il ne m'était pas possible de donner de réponse; car, si sur une offre si généreuse je devais être d'accord avec lui, je fis alors le bien d'avouer que c'était à cause de mon argent que je le refusais; et que même si je pouvais renoncer à ma vertu et m'exposer, je ne renoncerais pas à mon argent, ce qui, bien que cela soit vrai, était vraiment trop grossier pour que je le reconnaisse, et je ne pouvais pas prétendre l'épouser sur ce principe ni. Alors quant à l'avoir, et à refaire tous mes biens de ses mains, afin de ne pas lui donner la gestion de ce que j'avais, je pensais que ce serait non seulement un peu gothique et inhumain, mais serait toujours un fondement de la méchanceté entre nous, et nous rend soupçonnés les uns aux autres; de sorte que, dans l'ensemble, je fus obligé de lui donner un nouveau tournant, et de parler d'une sorte de tension élevée, qui n'était vraiment pas dans mes pensées, au début, du tout; car je possède, comme ci-dessus, le désinvestissement de ma succession et le retrait de mon argent de la main était la somme des choses qui m'ont fait refuser de me marier; mais, dis-je, je lui ai donné un nouveau tour à cette occasion, comme suit: -

Je lui ai dit que j'avais peut-être des notions de mariage différentes de ce que la coutume reçue nous en avait donné; que je pensais qu'une femme était un agent libre aussi bien qu'un homme, et qu'elle était née libre, et, pourrait-elle se débrouiller convenablement, qu'elle pourrait jouir de cette liberté autant que les hommes; que les lois du mariage étaient en effet autrement, et l'humanité à cette époque agissait tout à fait sur d'autres principes, et ceux tels qu'une femme se donna entièrement loin d'elle-même, dans le mariage, et capitula, seulement pour être, au mieux, mais un serviteur supérieur , et depuis le moment où elle a pris l'homme, elle n'était ni meilleure ni pire que la servante parmi les Israélites, qui avait les oreilles ennuyées - c'est-à-dire clouées au poteau de la porte - qui, par cet acte, se sont abandonnées comme servantes pendant la vie; que la nature même du contrat de mariage n'était, en somme, rien d'autre que de céder la liberté, la succession, l'autorité et tout à l'homme, et la femme n'était en effet qu'une simple femme pour toujours, c'est-à-dire une esclave.

Il a répondu que, bien qu'à certains égards, c'était comme je l'avais dit, mais je devais considérer que, comme équivalent à cela, l'homme avait tout le soin des choses qui lui incombaient; que le poids des affaires reposait sur ses épaules, et comme il avait la confiance, il avait donc le labeur de la vie sur lui; c'était son travail, son inquiétude de vivre; que la femme n'avait rien d'autre à faire que de manger le gras et de boire le sucré; de rester assise et de regarder autour d'elle, d'attendre et de se faire plaisir, d'être servie et aimée et rendue facile, surtout si le mari a agi comme lui; et que, en général, le travail de l'homme a été désigné pour faire vivre la femme tranquille et insouciante dans le monde; qu'ils avaient le nom de soumission sans la chose; et si, dans les familles inférieures, ils avaient la corvée de la maison et le soin des provisions, ils avaient pourtant bien plus de facilité; car, en général, les femmes n'avaient que le soin de gérer, c'est-à-dire de dépenser ce que leurs maris reçoivent; et qu'une femme avait le nom de la soumission, en effet, mais qu'ils commandaient généralement, non seulement les hommes, mais tout ce qu'ils avaient; géré pour eux-mêmes; et là où l'homme faisait son devoir, la vie de la femme était toute facilité et tranquillité, et qu'elle n'avait rien d'autre à faire que d'être facile, et de faire tout ce qui était autour d'elle à la fois facile et joyeux.

Je suis revenu que, même si une femme était célibataire, elle était masculine dans sa capacité politique; qu'elle avait alors la pleine maîtrise de ce qu'elle avait, et la pleine direction de ce qu'elle faisait; qu'elle était un homme à part entière, à toutes fins utiles qu'un homme pouvait l'être pour lui-même; qu'elle n'était contrôlée par personne, parce qu'elle ne rendait de comptes à personne et n'était soumise à personne. J'ai donc chanté ces deux vers de M. ——::

"Oh! C'est agréable d'être libre,
La plus douce Miss est Liberty. "

J'ai ajouté que, quelle que soit la femme qui avait un domaine et l'abandonnerait pour être l'esclave d'un grand homme, cette femme était une idiote et ne devait être propre qu'à un mendiant; que, selon moi, une femme était aussi apte à gouverner et à jouir de sa propre propriété sans homme qu’un homme sans femme; et que, si elle avait la volonté de se satisfaire des sexes, elle pourrait divertir un homme comme un homme fait une maîtresse; que même si elle était ainsi célibataire, elle était la sienne, et si elle cédait ce pouvoir, elle méritait d'être aussi misérable qu'il était possible que n'importe quelle créature puisse l'être.

Tout ce qu'il pouvait dire ne pouvait répondre à la force de cette argumentation; seulement ceci, que l'autre manière était la méthode ordinaire par laquelle le monde était guidé; qu'il avait des raisons de s'attendre à ce que je me contente de ce dont tout le monde se contentait; qu'il était d'avis qu'une affection sincère entre un homme et sa femme répondait à toutes les objections que j'avais faites au sujet de l'esclavage, du serviteur, etc.; et là où il y avait un amour mutuel, il ne pouvait y avoir de servitude, mais qu'il n'y avait qu'un intérêt, un but, un dessein et tout concourait à rendre les deux très heureux.

"Oui," dis-je, "c'est de cela que je me plains. La prétention d'affection prend à une femme tout ce qu'on peut appeler elle-même; elle ne doit avoir aucun intérêt, aucun but, aucune vue; mais tout est l'intérêt, objectif et vue du mari, elle doit être la créature passive dont vous avez parlé ", a dit I." Elle doit mener une vie de parfaite indolence et vivre par la foi, non pas en Dieu, mais en son mari, elle coule ou nage, comme il est fou ou sage, malheureux ou prospère; et au milieu de ce qu'elle pense être son bonheur et sa prospérité, elle est engloutie dans la misère et la mendicité, qu'elle n'avait pas le moindre avis, connaissance ou soupçon Combien de fois ai-je vu une femme vivre dans toute la splendeur qu'une abondante fortune devrait lui permettre, avec ses entraîneurs et ses équipages, sa famille et ses riches meubles, ses préposés et amis, ses visiteurs et sa bonne compagnie (cacher le spoiler)]

Ce qui précède se poursuit dans les commentaires!
date de révision 05/12/2020
Deroo Basnti

Il s'agit du même auteur qui a écrit Moll Flanders. Je n'aimais pas ce livre, et ... je n'aimais pas non plus celui-ci. En tant que passionné d'histoire, j'aime lire les vieux romans, car ils vous donnent un bon aperçu de la vie à l'époque, de la part de personnes qui ont réellement vécu à cette époque.

Je pense qu'une partie du problème est qu'un gars a écrit ça et Moll Flanders. Maintenant, je ne crois pas que le sexe ou toute autre chose hors du contrôle d'une personne signifie qu'elle ne peut pas écrire sur un groupe dans lequel elle n'est pas. Je veux dire, en tant que jeune femme, j'ai écrit du point de vue d'un vieil homme (et un vétéran, rien de moins) après mûre réflexion et recherche. Je pense qu'avec suffisamment d'imagination et de recherche, un auteur peut entrer dans l'esprit d'un personnage très différent d'eux-mêmes.

Bien sûr, l'auteur n'avait pas Google, et les sphères des hommes et des femmes dans la plupart sinon toutes les régions du monde étaient très séparées à cette époque, donc je ne peux pas reprocher à l'auteur d'ignorer les "trucs de filles", mais bon sang, j'ai trouvé ce livre fastidieux et en ai parcouru une bonne partie.
date de révision 05/12/2020
Sashenka Dayem

Dans le domaine des comparaisons étranges à faire entre les livres, en voici un: celui-ci et Entretien avec le vampire. Pas parce qu'il y a des vampires ou quoi que ce soit (évidemment), mais à cause de mes sentiments envers les protagonistes respectifs. La principale chose dont je me souviens à propos de la lecture L'entretien est à quel point Louis m'a ennuyé avec ses gémissements constants, et combien je souhaitais qu'il se taise et s'en remette. Je suis presque sûr que ce même sentiment à propos de l'héroïne sans nom de Defoe (son nom n'est pas vraiment Roxana) est ce qui va rester avec moi à propos de ce livre.

Parce que, oh mon dieu, elle s'inquiète beaucoup. Et toujours la même chose. J'ai l'impression que chaque page contient au moins un paragraphe où elle gémit sur sa profession choisie et ce que cela signifie pour son âme immortelle ou autre, et cela m'a rendu fou. Peut-être que si j'avais été élevée dans le même environnement qu'elle était, avec son horreur pour tout ce qui concerne le sexe (surtout en ce qui concerne les femmes, bien sûr), cela ne m'aurait pas dérangé autant, mais sérieusement. Une fois que vous avez accumulé suffisamment de richesses pour vivre, si vous pensez que ce que vous faites est si horrible, arrêtez de le faire. Si la richesse est suffisamment importante pour vous pour que vous souhaitiez la conserver afin d'en obtenir plus, faites-le et surmontez-le. Mais de toute façon, pour l'amour de quoi que ce soit, SHUT. UP.

Ne vous méprenez pas. Je suis sympathique à un point. Ce n'est pas de sa faute si elle croit que son âme est en danger à cause de la façon dont elle vit sa vie. La société dans laquelle elle a été élevée l'a clairement expliqué. La seule chose pire que de renoncer à vos faveurs en dehors du mariage en profite. Non, désolé, il y a une chose encore pire que ça: en profiter. La pire chose qu'une femme puisse faire.

Parce que voici le truc. Au début, quand elle essayait de décider si elle devait devenir la maîtresse de quelqu'un en premier lieu, l'une des façons dont elle le justifie est de dire que, si c'est une question de vie ou de mort, alors cela peut certainement être pardonné. Et pour elle, comme elle était à peu près au bord de la famine, c'était une question de vie ou de mort, donc sa «chute» était pardonnable. Mais vraiment, le sexe était à peu près une question de vie ou de mort pour toutes les femmes de cette époque. En règle générale, les femmes n'étaient pas autorisées à gagner de l'argent de manière «acceptable» (même si elles étaient nées dans une richesse qui leur procurait un revenu sans avoir à y travailler, les femmes n'avaient généralement pas le droit d'hériter de tout cela). ), ce qui signifie qu'ils devaient essentiellement compter sur un homme pour subvenir à leurs besoins. Que vous épousiez le mec ou non, cela se résume toujours à échanger des faveurs sexuelles et votre système reproducteur contre de la nourriture et un abri. Le mariage en fait simplement un contrat plus contraignant. Donc, selon cette logique, chaque femme de cette époque devrait obtenir un laissez-passer sur ce mode de vie particulier.

Mais alors, bien sûr, elle se retrouve à admettre qu'elle aime ça. Elle aime l'attention et l'admiration, et je tiens à dire qu'il était implicite dans au moins un endroit qu'elle apprécie réellement l'acte lui-même (halètement!). Et c'est à ce moment-là que la véritable tordue à la main commence et que j'ai commencé à vérifier.

Le reste du livre continue dans la même veine. Elle devient la maîtresse d'une poignée d'hommes (quatre, d'après moi, sans compter son premier mari, et elle a finalement épousé l'un des quatre - pas un nombre déraisonnable), fait une pile d'argent et s'inquiète tout cela dans son ensemble à travers. Tellement fastidieux.

Et je suppose que je devrais aborder la dernière section. On pense qu'il a été écrit par quelqu'un d'autre que Defoe, car il y a des incohérences. L'une mentionnée par l'auteur de l'introduction était que si Defoe avait tendance à utiliser «effrayé», l'auteur de la dernière section utilisait «effrayé». J'ai également observé que Defoe avait son héroïne se référer le plus souvent à son mari comme son «conjoint», tandis que dans la dernière section, elle a utilisé le mot «mari» plus fréquemment. De plus, alors que, comme mentionné ci-dessus, j'ai trouvé une grande partie du récit fastidieux, la première partie de la dernière section l'était douloureusement. Les détails de leur voyage de Londres à Douvres étaient liés avec une précision si minime que c'était exaspérant.

Cela dit, en supposant que Defoe n'a en effet pas écrit cette dernière section, il me reste une question pour lui: WTF? Sa fin est essentiellement «Puis ils ont déménagé en Hollande et des choses terribles se sont produites. La fin." Quelle?! Et puis j'ai trouvé ma propre réaction à ce genre de fascinant. Pourquoi est-ce que «et ils ont vécu heureux pour toujours» est tellement plus acceptable comme fin que «et ils ont vécu misérablement pour toujours»? Ce n'est pas moins abrupt. Je suppose que cela se résume aux conventions narratives. Une bonne narration repose généralement sur le conflit. S'ils ont vécu heureux pour toujours, cela implique qu'il n'y a plus de conflit, donc il n'y a plus d'histoire. S'ils ont vécu misérablement pour toujours, c'est probablement parce qu'il y avait encore un conflit, dont nous, les lecteurs, voulons entendre parler et découvrir comment il a été résolu. D'autant plus que ce n'est pas comme si le récit de Defoe se terminait par la résolution de tous les conflits en suspens, il n'y avait donc que des conflits futurs à régler. Non, il nous laisse toujours en plein milieu du plus récent qu'il a présenté. Tout cela est très étrange et je ne suis pas particulièrement surpris que quelqu'un ait ressenti le besoin d'écrire une conclusion réelle à l'histoire.

En tout cas, à ce stade, je pense que je peux affirmer avec assez de confiance que j'en ai fini avec Defoe. J'ai lu trois de ses livres et je n'en ai particulièrement aimé aucun. Quelqu'un devrait trouver un argument très convaincant pour que je puisse continuer à lire.
date de révision 05/12/2020
Magdaia Lendo

Lorsque Roxana déshabille sa femme de chambre et force la fille à coucher avec son propre amant, elle peut réfléchir après le fait qu'elle l'a fait parce qu'elle n'était pas disposée à laisser sa femme de chambre être moralement supérieure à elle. "... Comme je me pensais une putain", explique-t-elle, "je ne peux pas dire que c'était quelque chose de conçu dans mes pensées, que ma femme de chambre devrait être une putain aussi, et ne devrait pas me le reprocher." C'est le genre d'introspection qui fait de Roxana une voix narrative si intéressante et quelque chose qui la distingue de sa sœur anti-héroïne, Moll Flanders.

La connaissance de soi de Roxana, cependant, n'est pas cohérente. À d'autres moments de sa narration, elle raconte simplement ses actions sans rien avoir à dire sur leur caractère moral. Elle est insouciante lorsqu'elle décrit avoir forcé son fils à épouser une femme de son choix, puis le punir pour sa réticence en retenant le capital d'investissement promis. C'est intéressant d'une manière différente: ne commente-t-elle pas parce que Defoe dépeint délibérément les angles morts de son personnage, ou est-ce juste une autre des nombreuses incohérences du roman? (Son âge et son nombre d'enfants sont confus, ce qui n'est pas le genre de chose que j'attendrais d'un auteur qu'il se trompe exprès.) Ou suis-je confronté à des valeurs si peu familières à ma propre expérience morale et à mon observation que ce qui est indigne de mention dans la communauté de Defoe semble une sorte de crime dans le mien? Je ne sais pas et j'aime ne pas savoir. C'est l'une des raisons pour lesquelles j'aime lire les vieux romans. La moralité de la plupart des romans contemporains est si flagrante qu'elle devient fatigante.

Le "mauvais" comportement de Roxana est flagrant, mais ses arguments moraux sont subtils. Elle se présente comme méchante même lorsqu'elle décrit des actes de gentillesse ou un fair-play et une générosité extraordinaires. En se hâtant d'assurer le lecteur qu'elle est d'accord avec l'opinion conventionnelle de sa vie dissolue, elle (et l'auteur) préviennent habilement la condamnation du lecteur, bien que peut-être pas dans la mesure où cela empêchait les éditeurs de sentir qu'ils devaient ajouter des fins alternatives aux éditions suivantes du livre. Dans ces fins alternatives, Roxana est punie pour ses méfaits, pénitente, réformée et généralement morte. Defoe lui a donné une fin triste et abrupte aussi, mais le goût avec lequel ses péchés sont racontés et la complexité de son caractère moral me font me demander à quel point elle était censée être méchante. Je suis assez méchant pour faire une bonne lecture - encore.


Pour ma référence:
La taxonomie des imbéciles de Roxana commence par le passage: "Si vous avez la moindre considération pour votre bonheur futur, toute vision de vivre confortablement avec un mari, tout espoir de préserver votre fortune ou de la restaurer après une catastrophe, jamais, mesdames, épousez un imbécile. "

Le faux «nouveau tournant» de Roxana sur le sujet du mariage, dans lequel, quand elle explique pourquoi elle couchera sans se marier, son amant commence par: «Je lui ai dit que j'avais peut-être des notions de mariage différentes de ce que la coutume reçue nous avait donné. de celui-ci ... "
date de révision 05/12/2020
Freberg Sitto

Roxanne !!! mettre le feu rouge ... mettre le feu rouge ...

En effet, Roxana a un succès exceptionnel dans le secteur de la maîtresse / du pouvoir de chat, devenant une femme indépendante dans un monde où les hommes contrôlent le commerce et le pouvoir politique. Defoe explore le rôle et la viabilité de l'autorité féminine dans le monde d'un homme, en racontant du point de vue de Roxana.

Le livre a de nombreux passages ternes, mais la quatrième étoile est pour le drame sombre du roman, et ses passages parfois brillants et moralement complexes - Roxana forçant sa femme de chambre à avoir des relations sexuelles; son récit cinglant du mariage avec des imbéciles; ses réflexions sur le «repentir des tempêtes» en mer; son débat de chevet avec le marchand hollandais sur le mariage et la comparaison noirement amusante de l'épouse contre la maîtresse; et plusieurs autres.

La fin du roman entretient un ton de terreur et une perplexité particulière au sujet des instincts soi-disant «maternels» des femmes. Je ne peux pas décider s'il se sent forcé ou étrangement convaincant pour cet opérateur dans le monde des hommes. En tout cas, ça persiste dans l'esprit, et je me demande qui écrit aujourd'hui comme ça. Car même si les femmes ont beaucoup plus d'options de nos jours, de nombreux problèmes se posent encore.
date de révision 05/12/2020
Festa Reisig

Les livres pour l'université ne sont pas toujours les meilleurs à lire. Ce livre a une méchante femme fascinante, intéressante et parfaite, tout comme dans Moll Flanders. Elle était à la fois incroyablement frustrante et drôle à quel point elle était manipulatrice, sournoise, égoïste et égocentrique.
date de révision 05/12/2020
Kennet Wheeington

J'ai tellement aimé ce livre !!!! Je dois dire que la fin est un peu bizarre ... Je ne m'attendais pas à ce que ça se termine de cette façon mais je ne le détestais pas de toute façon. Il est très bien écrit, donc agréable à lire. Roxana est l'un des meilleurs personnages que j'ai jamais connu, elle est tellement féministe et j'ai adoré son côté badass. Elle déteste les hommes autant que moi. Je l'aimais.
date de révision 05/12/2020
Nedra Engfer

D'accord, je n'aurais jamais lu ceci s'il n'avait pas été sur la liste des 1001 livres à lire avant de mourir. Je suis content que ce soit sur la liste!
J'ai été amusé par les ébats de Lady Roxana, et je pense que ce n'était qu'un jeu d'enfant par rapport à la morale moderne. Il vous donne un aperçu de la façon dont la vie des femmes était stricte et stressante dans les années 1670 et au-delà.
Ce serait une référence utile pour toute personne poursuivant une majeure en histoire ou une mineure en littérature.
date de révision 05/12/2020
Morice Massengill

j'aurais donné à ces quatre étoiles si le style d'écriture et la grammaire étaient meilleurs. les phrases continues, la surutilisation des points-virgules et les italiques étranges ont rendu cela difficile à passer.
date de révision 05/12/2020
Remington Radhadalal

J'ai adoré psychanalyser Roxana et ses relations avec Amy, ses enfants et ses clients. Grâce à mon brillant professeur Brit Lit, j'ai également apprécié de discuter de la structure de ce livre (ou de son absence), du thème de la rédemption et de Defoe et de ses jeux d'esprit sadiques. Bien que je ne m'éloigne pas de cette lecture modifiée ou particulièrement impressionnée, je l'apprécie au niveau intellectuel et en tant que travail avec un narrateur fou.
date de révision 05/12/2020
Hamilton Vavra

Daniel Defoe a publié toutes les grandes œuvres de fiction dont il se souvient aujourd'hui dans une demi-décennie entre 1719 et 1724. Avant cela, il était un journaliste réputé. Cette période a commencé avec les célèbres aventures de Robinson Crusoé et s'est terminée avec son dernier roman, Roxana ou The Fortunate Mistress, en 1724. Il est censé être la biographie d'une Madamoselle Beleau, la charmante fille de réfugiés protestants français, élevée en Angleterre. et marié à un fils bon à rien d'un brasseur anglais.

Le mari de Roxana gaspille sa propriété et abandonne sa femme et ses cinq enfants. Elle entame une carrière de maîtresse, d'abord chez le propriétaire dans la maison duquel elle et son mari louaient, puis vers une série de riches aristocrates et hommes d'affaires dans trois pays, l'Angleterre, la France et les Pays-Bas. Elle acquiert son nom de «Roxana», traditionnellement donnée aux actrices de théâtre, après son retour d'Europe à Londres, devenue une célèbre courtisane.

Elle est accompagnée dans ses aventures par une femme de chambre fidèle, Amy, une femme très vivante, séduisante et intelligente. Après de nombreuses aventures avec de nombreux hommes et femmes, dont la plupart étonnamment, sont de bonnes personnes décentes qui ne profitent pas d'une belle femme abandonnée en détresse (d'où le titre de l'histoire - "The Fortunate Mistress"), elle épouse finalement un Néerlandais marchande qui a été son amant et ami de longue date et même le père d'un de ses fils. Cependant, dans une fin plutôt hâtive de l'histoire, le mari découvre la vie trompeuse et immorale que sa femme a menée et décède peu de temps après lui avoir laissé une petite somme d'argent.

Fait intéressant, la fin de Roxana est entourée de controverses. Dans la version originale de Defoe, le protagoniste ne meurt pas, mais se repent de la vie qu'elle a vécue, et cela aussi - selon Roxana elle-même - uniquement parce qu'elle se termine malheureusement après la mort de son mari. Cependant, le livre, car il a été publié de manière anonyme (comme c'était souvent le cas avec des histoires fictives à cette époque) et a ensuite traversé plusieurs éditions douteuses, des interpolateurs ultérieurs ont donné diverses fins à l'histoire, le protagoniste mourant se repentant de sa vie des péchés.

Encore plus intéressant et important pour l'avenir de la fiction, l'accent mis par Defoe sur le drame intérieur de la décadence morale de Roxana, l'agitation psychologique d'une femme qui choisit volontairement la vie glamour d'une courtisane plutôt que la vie plus terne, mais honorable, d'un marié femme. Le résultat de sa décision conduit à une spirale descendante dont elle ne peut s'échapper. Ainsi, le dernier roman de Defoe est sa seule et unique tragédie.
date de révision 05/12/2020
Queen Ken

Le dernier roman de Defoe est une curiosité remarquable. Il aborde de front les problèmes de liberté sexuelle des femmes et d'indépendance financière et a dû paraître audacieusement radical lors de sa première publication en 1724. Il donne un contrôle narratif complet à son héroïne éponyme, qui choisit les parties de sa propre histoire à raconter, et ce qu'il faut omettre et qui est le seul juge de ses propres actions et motivations. Il met en place (mais ne donne pas entièrement suite) un fascinant conflit à trois voies entre nécessité pragmatique, conventions sociales (honneur) et morale absolue (honnêteté). À cet égard, il semble remarquablement moderne - mais il est pratiquement inconcevable que Roxana aurait pu être écrit tel qu'il était aujourd'hui, ou bien comme le roman anglais a mûri plus tard au XVIIIe et au XIXe siècle. Une grande partie du récit est moins une intrigue qu'une série d'événements qui se déroulent à différents niveaux d'intérêt pour le lecteur, jusqu'à ce qu'ils éclatent dans un paroxysme d'intensité mélodramatique presque hystérique - qui s'arrête alors. La fin du roman peut être un coup, ou ce peut être un gémissement, mais quel qu'il soit, cela se produit hors scène. Il existe des pans de détails financiers et d'autres détails pratiques (pas toujours aussi saisissants qu'ils pourraient l'être) qui suggèrent que Defoe vise un réalisme quasi documentaire. Dans le même temps, le roman a également une grande partie de la saveur d'une pièce de morale médiévale: les personnages travaillent individuellement et comme types; Amy, la marchande hollandaise, la Quaker et la fille de Roxana, Susan, travaillent aussi bien que les personnes dans la vie de l'héroïne, en tant qu'aspects de Roxana elle-même, ou manifestations externes et personnifications de ses désirs et de ses actions. Un livre étrange, certes, mais un exemple exaltant d'une forme qui trouve encore ses marques: le roman sautille, trébuche, saute.
date de révision 05/12/2020
Dianemarie Smuin

Non désolé. J'ai trouvé cette histoire ridicule et ridiculement improbable. Roxana n'est PAS - ou je ne la vois pas comme - une figure proto-féministe, sauf, peut-être, pour son point de vue sur le mariage et pourquoi les femmes sont mieux sans mari, à une époque où les maris contrôlaient la fortune de leur femme. Mais il est souligné qu'elle vit essentiellement dans le péché et est condamnée à aller directement en enfer. Alors oui, elle fait ce qu'elle veut, mais elle est toujours un énorme pécheur selon elle. Y a-t-il une liberté dans cette façon de penser? De plus, elle ne semble pas se soucier un peu de ses enfants. Oh, sauf à la fin, à droite. Je ne peux pas m'empêcher de penser que nous la considérons comme une figure féministe maintenant parce qu'elle ne se soucie pas de ses enfants et a des relations sexuelles avec plusieurs hommes. Oui, la liberté sexuelle EST importante. Mais non: traiter vos enfants comme de la merde - que vous soyez un homme ou une femme - ne fait partie d'aucune liberté que vous devriez exiger. Je sais que 1724 était une époque complètement différente, avec des mœurs complètement différentes, donc la façon dont Roxana de traiter ses enfants aurait pu être la norme à l'époque. Je ne sais pas. Mais pour nous l'appeler une figure féministe AUJOURD'HUI est - à mon avis - étrange.
Cela étant dit, c'est MA vue sur le livre. Je peux me tromper et ignorer, n'hésitez pas à être en désaccord, avec peut-être plus de perspicacité que je n'ai sur le livre et le contexte de la publication. Cependant, je n'ai pas non plus apprécié l'histoire. Ennuyeux et globalement assez absurde.
date de révision 05/12/2020
Almeeta Vanosdel

Mon dernier des livres Defoe sur la liste des 1001 livres!

Donc, ce livre a près de 300 ans. Et c'est comme ça. La langue est datée et a pris un certain temps pour s'y habituer. Les scandales ne seraient pas si scandaleux (pas que je veuille être ami avec "Roxana") aujourd'hui. Et aujourd'hui, Roxana n'aurait pas à lutter pour éviter le mariage pour garder le contrôle de sa richesse. Bien sûr, aujourd'hui, il est beaucoup plus difficile de perdre quelqu'un (ou de se perdre soi-même), de sorte que de nombreux problèmes de Roxana ne se seraient jamais produits en premier lieu.

Donc c'est comme ça. Je me demande qui a lu ce livre c1724. Je ne peux pas croire que c'était des femmes et des familles - ou le comportement de Roxana ne serait-il pas aussi choquant qu'offensant? Ou était-ce écrit pour que les hommes lisent dans les clubs et rient avec leurs amis? Je devrais regarder ça.
date de révision 05/12/2020
Boelter Malheiro

La marche des «18 livres ...» du XVIIIe siècle à travers la prostitution continue avec une autre prostituée qui se promène dans le Royaume Whorenited. Qui trouve ce claptrap, jeu de mots destiné, divertissant? Certainement pas. Defoe est toujours une main habile pour raconter des histoires, mais j'en ai fini avec les putes qui sont également des comptables à temps partiel qui comptabilisent chaque centime que leur putain leur rapporte. La seule chose qui distingue celui-ci est que, alors qu'elle descend de plus en plus dans sa propre vie heureuse, toujours pendant, mais s'effondre à la fin, c'est que tout au long, elle est constamment contemplative de ses actions. Grosse affaire. Elle est toujours un bourbier moral décrépit, et M. Boxall, je ne peux plus lire comme ça. En quoi est-ce une contribution à la littérature?
date de révision 05/12/2020
Brandi Selma

Il y a une énorme différence entre la littérature anglaise du XVIIe et du XVIIIe siècle. J'ai eu beaucoup de mal à parcourir ce livre. Tout d'abord, il a été écrit dans le style de son époque, et j'ai trouvé les noms en majuscules et les noms propres en italique extrêmement distrayants. Ajoutez à cela la narration décousue du narrateur, et j'ai presque déposé le livre plusieurs fois. Je ne peux pas dire que j'ai été récompensé pour ma persévérance, mais j'ai été énormément soulagé quand j'ai fini!
date de révision 05/12/2020
Elka Toddsr

Je ne peux pas croire que l'édition imprimée de ce soit seulement 200+ pages. J'avais l'ebook et j'avais l'impression d'avoir au moins 500 pages. Bien sûr, il n'y avait pas de cours d'écriture créative dans les années 1720. Le premier semestre est très bien, et il y a beaucoup de choses intéressantes sur la position des femmes dans la société à l'époque, ainsi qu'une quantité surprenante de voyages et de commerce entre l'Angleterre, la France et les Pays-Bas. Mais la seconde moitié a traîné et est devenue une corvée.
date de révision 05/12/2020
Lauder Hyacinthe

Je ne m'attendais pas à apprécier ce livre autant que moi. Ce n'est pas parce que c'est un livre plus ancien qu'il n'est pas bon. Je souhaitais que cela se termine d'une manière différente, mais je suis conscient qu'il existe des terminaisons alternatives créées par les éditeurs, ce qui pourrait valoir la peine d'y jeter un coup d'œil.
date de révision 05/12/2020
Krigsman Ooley

Je soupçonne que ce livre était assez risqué pour l'époque. Même aujourd'hui, il se lit comme assez sexy. Mais l'histoire semble très datée et pittoresque pour un lecteur moderne. Alors que Roxana s'inquiète constamment de la façon dont son passé ruinera son avenir s'il devient connu, j'ai eu du mal à croire même si c'est probablement vrai pour son époque. Aussi, qu'est-ce qui se passe avec l'abandon de tous ses enfants? Cette partie du personnage n'avait aucun sens pour moi même lorsque je regardais l'histoire à travers une lentille historique. Est-ce que les gens avaient vraiment des enfants, puis les laissaient derrière, peut-être avec de l'argent pour les soins, ou peut-être pas? Cela semblait extrêmement invraisemblable. Elle n'en avait pas l'air si peinée. Defoe a-t-il eu des enfants? Peut-être qu'il ne croyait tout simplement pas que les parents avaient un lien réel avec leur progéniture.

Le narrateur de la version audible est fabuleux. Elle lit cela avec une véritable énergie et gère la discussion apparemment sans fin des finances sans la laisser traîner dans l'histoire.

Cher lecteur, faites-vous plaisir et recherchez rapidement la monnaie juste assez pour comprendre les livres français farfelus, les pistoles et les écus (bien que peu d'écus soient mentionnés ici).

Je suis heureux d'avoir écouté cela, mais on pourrait facilement sauter cela sans manquer un classique important. Ma bibliothèque (assez complète) n'en avait même pas de copie.
date de révision 05/12/2020
Fugere Yuhasz

Pour l'époque, ce travail était révolutionnaire: promiscuité, athéisme, bigamie, tout y est. Penser que ce roman est un proche contemporain de Pamela, un conte atrocement moralisateur, rend le contraste encore plus net.

Véritable marque d'un écrivain, Defoe est controversé et n'est pas suffisamment intrusif pour marquer clairement l'approbation de l'auteur ou l'inverse en ce qui concerne les exploits de Roxana. Bien sûr, Roxana est la narratrice, mais ses éclats de remords sont timides et son inférence selon laquelle elle est punie par Dieu pour ses péchés ne se produit qu'une fois sa chance réduite. L'hédoniste impénitent, réussi et indépendant est l'image la plus captivante et la plus troublante; malgré sa moralité douteuse, on ne peut s'empêcher d'admirer Roxana.

Parce que l'histoire est controversée et moralement ambiguë, elle mérite mes meilleures notes. D'un autre côté, cette écriture est vieille de quelques siècles, donc je mentirais si je disais que cela n'a pas d'importance pour moi, c'est le cas, et la prose du 17-18e siècle que je trouve parfois répétitive, maladroite et carrément ennuyeuse, qu'elle soit ou non l'histoire est brillante.
date de révision 05/12/2020
Efrem Loftus

POURQUOI ai-je aimé ce livre? Je n'en ai franchement aucune idée! Il ne s'y passe pratiquement rien. L'héroïne n'est pas particulièrement sympathique, cool ou même sexy. En fait, pour être un roman sur une prostituée, il y a très peu de sexe ou même de sensualité dans ce livre. Je pense que la seule raison pour laquelle j'ai survécu, c'est parce que j'ai aimé l'utilisation de la langue. Pour la plupart des gens, l'anglais de Defoe ne serait probablement pas très facile à lire (pas de guillemets, beaucoup de majuscules étranges et d'italiques étranges). Cependant, j'avais déjà survécu à "Clarissa" de Richardson, donc j'avais déjà une compréhension de la façon dont les mots étaient utilisés à l'époque - une compréhension réelle en fait, "Clarissa" est un énorme livre!

Est-ce que je recommanderais ce livre à quelqu'un d'autre? Et bien non! Le reverrai-je jamais? Probablement pas. Mais pour une raison quelconque, je ne regrette pas le temps que j'ai pris pour le lire une fois.

Cet avis était-il utile? Probablement pas! Désolé, mais honnêtement, je ne sais pas quoi dire de plus sur ce livre! :)
date de révision 05/12/2020
Havener Villamarin

Un beau et intéressant roman de Daniel Defoe, qui aborde un certain nombre de thèmes et d'idées, tels que la nature mariage, contrat de mariage, maternité, liberté personnelle (en particulier la liberté féminine), actions et conséquences, buts et fins, devoirs et responsabilités parentales, et le pouvoir de la raison pour trouver des solutions aux menaces et aux défis. J'ai particulièrement aimé la discussion de la proto-féministe Roxana sur les différences de genre dans la vie conjugale dans une société / culture patriarcale, et les différents rôles et positions que les hommes et les femmes jouent et occupent. J'ai aussi aimé sa description des différences entre une femme mariée, une maîtresse et une pute; et j'ai aimé sa dignité et sa résolution. Bien que j'aie beaucoup aimé le roman, je ne m'attendais pas à une fin aussi interrompue!
date de révision 05/12/2020
Bartley Homles

Ughhhhhh, la fin de ce roman est plus que frustrante pour moi. Je trouve que j'aime discuter de ce roman plus que le lire. Il y a beaucoup à discuter, des caractéristiques formelles du texte à la finalité du texte, mais dans l'ensemble, j'ai trouvé que parcourir ce roman était vraiment difficile. Le rythme est très lent et j'ai dû me forcer à le lire en gros morceaux pour ne pas prendre de retard avec lui. C'est très fastidieux et dense, mais je suis fasciné par l'ambivalence morale du roman, d'autant plus que l'auteur le présente comme une source primaire véridique sur un narrateur et un incident fictifs. L'auteur est tout aussi peu fiable que Roxana, le narrateur.
date de révision 05/12/2020
Nodarse Marinez

Ceci est le dernier roman écrit par Daniel Defoe.

Il raconte l'histoire de Roxana, anciennement connue sous le nom de Mlle Beleau, qui doit choisir entre être une cambrioleuse ou une riche courtisane puisqu'elle a cinq enfants à elle seule et sa fidèle servante Amy.

Une fois son choix fait, elle se lance dans une vie avec plusieurs protecteurs dans différents pays: Angleterre, France et Hollande.

Je dois avouer que ce n'était pas une lecture facile car le personnage principal est le narrateur de sa propre histoire. De plus, il est écrit en vieux anglais avec trop de mots en majuscule. Cependant, il faut tenir compte du fait que ce livre a été écrit en 1724.

Laisser un avis pour Roxana