Page d'accueil > Nonfiction > Biographie > Mémoire > Boy: Tales of Childhood Évaluation

Boy: Tales of Childhood

Par Roald Dahl Quentin Blake,
Avis: 18 | Évaluation globale: Bien
Lauréat du prix
5
Bien
11
Médias
2
Le mal
0
Terrible
0
Dans Boy, Roald Dahl raconte ses jours d'enfant grandissant en Angleterre. De ses années de farceur au pensionnat à sa position envieuse de testeur de chocolat pour Cadbury, l'enfance de Roald Dahl était aussi pleine d'excitation et d'inattendu que ses livres les plus vendus de renommée mondiale. Emballé avec une anecdote drôle, certains douloureux, tout intéressant c'est un livre qui est

Avis

date de révision 05/13/2020
Fleur Terlizzi

Boy: Tales of Childhood (Autobiographie n ° 1 de Roald Dahl), Roald Dahl

Boy: Tales of Childhood (1984) est un livre autobiographique de l'écrivain britannique Roald Dahl. Il décrit sa vie depuis sa naissance jusqu'à sa sortie de l'école, en se concentrant sur les conditions de vie en Grande-Bretagne dans les années 1920 et 1930, le système scolaire public de l'époque, et comment ses expériences d'enfance l'ont conduit à écrire comme carrière. Il se termine avec son premier emploi, travaillant pour Royal Dutch Shell. Son autobiographie se poursuit dans le livre Going Solo.

عنوانها: پسر ؛ خاطرات پسر بچه ؛ نویسنده: رولد دال ؛ تاریخ نخستین خوانش: روز ششم ماه فوریه سال 2000 میلادداد

عنوان: پسر; نویسنده: رولد دال; تصویرگر: کوینتن بلیک; مترجم: شهلا طهماسبی; تهران, نشر مرکز, کتاب مریم, 1378; در چهار و 166 ص; شابک 9643054586; چاپ دوم 1381; سوم 1383; پنجم 1385; چاپ هشتم 1393 ؛ شابک: 9789643054588 ؛ موضوع: کودکی و جوانی رولد دال ، 1990 تا 1916 م - سده 20 م

عنوان: پسر ؛ نویسنده: رولد دال ؛ مترجم: نسرین مهاجرانی ؛ تهران ، نشر پیدایش ، 1379 ؛ در 184 ص ؛ شابک: 9646695876؛XNUMX

عنوان: خاطرات پسربچه ؛ نویسنده: رولد دال ؛ تصویرگر: کوینتن بلیک ؛ مترجم: فریبا قاسملی ؛ تهران ،،ن

کتاب زندگینامه شخصی نویسنده ی بزرگ, و معروف نروژی تبار انگلیسی, «رولد دال» نیست, با این حال, همه ی رویدادها واقعی هستند, رویدادهایی که از داستان, چیزی کم و کسر ندارند. شاید هم, همین یادمانها بوده اند, که داستانهای سحرآمیزی شدند, و تلخ و شیرین بسیاری برای خوانشگران آفریدند; ایشان عاشق داستان, و کتاب بودند; ترولها, و دیگر موجودات اسطوره ای نروژی, در قصه هایی که مادر ایشان برای ایشان, و خواهرانش , میگفت, یاد ایشان ماندند, تجربیات ناخوشایند دوران تحصیل, زندگی در افریقا برای کار در شرکت نفتی «شل», و پیوستن به نیروی هوایی سلطنتی در جنگ جهانی دوم; همگی مواد خام داستانهایش بودند, که به قلم آن بزرگوار پخته شدند. «رولد دال» ، در جنگ جهانی دوم ، به نیروی هوایی انگلستان در «نایروبی» پیوسته بودند ؛ و مدتی در «یونان ایشان در سال 1942 میلادی ، به «واشنگتن» رفتند ، و نویسندگی را آغاز کردند. چه مبارک سحری داشت ، و چه فرخنده شبی بود. نخست داستان‌های تجربه‌ هایش از جنگ ، در نشریات آمریکایی به چاپ رسیدند. سپس ، خوب دوست داشتند برای کودکان بنویسند ، و نوشتند. برترین آثارشان: «چارلی و کارخانه ی شکلات‌ سازی» ، «جیمز و هلوی غول پیکر» ، «ماتیلدا» ، «داستاناها از بیشتر آثار ایشان فیلمی نیز ساخته شده ‌است. ا. شربیانی
date de révision 05/13/2020
Horatius Fial

We all have our moments of brilliance and glory, and this was mine. Ce roman se compose d'une myriade d'histoires courtes centrées sur des événements mémorables tout au long de l'enfance de Dahl. Chaque histoire avait des morceaux de merveille, aventure, intrigue et terreur. Beaucoup de terreur. When writing about oneself, one must strive to be truthful. Truth is more important than modesty. Les histoires sur les visites et les accidents chez le médecin ont été les plus mémorables - car elles ont été décrites dans détail extrêmement explicite. Je couvrais ma bouche et me protégeais les yeux quand il a décrit comment il avait presque perdu son nez dans l'accident de voiture ... et encore pendant l'accident d'avion.

Son temps à l'internat était le inspiration pour Matilda - les abus étaient remparts et il n'y avait pas grand-chose (voire rien) à faire. Les élèves, les professeurs et même le directeur ont tous pris plaisir à exercer leur pouvoir. J'ai ressenti pour le petit Roald mais l'auteur n'a pas écrit de mémoire dommage.

Il a inclus le inspiration pour Charlie et la chocolaterie. Pendant ses premières années d'internat, lui et les autres enfants ont testé de nouveaux bonbons pour Cadbury. Les enfants ont pris ça extrêmement au sérieux et a rédigé des évaluations longues (et compliquées).

Roald Dahl n'a jamais grandi. La qualité de l'écriture - la façon dont il l'utilise juste le bon mot en a fait un roman vraiment classique.

YouTube | Blog | Instagram | Twitter | Snapchat @ miranda.reads

Bonne lecture!
date de révision 05/13/2020
Shannah Cashett

Je devrais probablement donner à ces 5 étoiles car j'ai vraiment apprécié cela, aimé cela et c'est tellement bon. Je veux dire qu'il y a beaucoup de douleur ici et c'est tellement drôle.

Dahl raconte des histoires de son enfance. Il passait des vacances en été en Norvège avec sa famille chaque année. Il est également allé à l'internat. Vous pouvez voir comment cela est le germe de presque toutes ses histoires. Toute l'horreur des adultes qu'il raconte vient de son expérience à l'école. Je ne peux pas croire certaines choses qu'il a dû vivre. C'était abusif.

Il y avait de la bastonnade et les élèves pouvaient également se punir mutuellement. Le professeur distinguait les étudiants et pourtant il rend tout ça drôle. C'était trop court et probablement une bonne chose. Vous voyez d'où viennent Charlie et la chocolaterie. Je veux dire que le Trunchbull de Matilda est sorti de son expérience.

Dans le dernier chapitre, j'ai été le plus chatouillé. Donc le chapitre s'appelle la tapette. Dans un pensionnat britannique, un garçon plus âgé avait sous lui des élèves plus jeunes qui faisaient des corvées et des choses pour lui et on l'appelait un pédé. C'est de retour dans les années 20 ou 30 avant que le sens du mot anglais ne prenne le dessus. L'un des garçons oblige Dahl à aller réchauffer le siège des toilettes extérieures pour lui en restant assis dessus pendant 15 minutes ou plus. Il dit à Dahl quelque chose comme: "Vous avez un fond chaud, je n'aime pas un tapette à fond froid, j'aime les tapettes à fond chaud." Je sais que c'est puéril et je suis simplement mort de rire. Je veux dire, si drôle. Quelle étrange interaction entre le passé et l'avenir. Ce terme est toujours dérogatoire d'une manière différente. Je veux dire que c'est toujours triste qu'ils aient ce genre de pouvoir sur les sous-classes et j'espère que c'est mieux pour les enfants maintenant. Je suppose que l'école a toujours été un enfer.

Cela vaut la peine d'être lu.
date de révision 05/13/2020
Sonja Mcgloin

J'adore lire des documentaires, en particulier des autobiographies. Ce livre n'était pas simplement une autobiographie, mais un livre sur l'enfance de Roald Dahl. En grandissant, j'ai adoré le livre Matilda et j'ai apprécié James and the Giant Peach et le BFG et maintenant en tant qu'adulte, je me suis fixé comme objectif de lire tous ses livres. Je viens de fixer cet objectif il y a quelques semaines et j'ai lu ce livre et The Giraffe and the Pelly and Me.

Roald Dahl a raconté des histoires fascinantes sur son enfance jusqu'à l'âge de 18 ans. Il a expliqué son extrême amour du chocolat et sa peur de la plupart de ses professeurs. Je crois que ces deux facteurs étaient énormes pour ses écrits et ses histoires.

J'ai vraiment apprécié l'autobiographie de Roald, qu'il ne jure pas et je le suggère à tous ceux qui l'apprécient en tant qu'écrivain.
date de révision 05/13/2020
Olag Newsom

Je viens de relire ce livre après l'avoir lu plusieurs fois durant mon enfance. C'était toujours aussi convaincant. Comme je l'ai relu, j'ai repris tellement d'influences que j'ai inconsciemment traversé le reste de mon enfance et peut-être même l'âge adulte. Des lieux et des idées que, enfant, je romancais; Aller en Norvège nager dans les fjords et remplir une pipe de tabac de chèvre avec mon paquet de frères et sœurs - le paradis. La façon dont Roald Dahl raconte une histoire - avec une si bonne humeur et sans ornement - fait même obtenir un son en conserve comme l'aventure la plus merveilleuse du monde!
C'est une expérience si joyeuse de relire un livre que vous lisez enfant et de découvrir que cela vous fait toujours sourire aux mêmes endroits.
date de révision 05/13/2020
Shepard Hendrikson

Je n'ai pas lu beaucoup d'autobiographies, mais même à ce moment-là, je pense que c'était une vision complètement différente de ce que devrait être une autobiographie. Amusant et plein d'esprit, Roald Dahl parvient vraiment à faire voyager le lecteur à travers son enfance et ses débuts d'adulte et montre une image réaliste de ce que c'était que de grandir en Angleterre au début du 20e siècle. J'ai adoré la façon dont le livre est entrecoupé de ses photos personnelles prises avec sa famille et dans ses différentes écoles ainsi que les lettres qu'il écrit à la maison à sa mère et les surnoms pleins d'esprit qu'il a gardés pour sa belle-sœur et son frère (ancienne demi-sœur et non si ancien demi-frère?). À travers ce livre, il partage également son point de vue sur certaines des pratiques de punition pas si agréables dans les écoles publiques à l'époque, comme se faire écraser par une canne, se tapoter, etc. et comprend un chapitre sur son directeur de Repton qui, en plus d'être un Le chef principal était aussi un membre du clergé et aimait utiliser cette pratique de punition qui créait beaucoup de doutes et de questions dans l'esprit du jeune Roald Dahl au sujet de certains `` hommes de Dieu '' ne pratiquant pas ce qu'ils prêchaient.
date de révision 05/13/2020
Iridissa Travieso

Il s'agit d'une charmante collection d'histoires de l'enfance de Roald Dahl. J'adorais ses livres quand j'étais enfant (mes préférés étaient Danny le champion du monde, Le BFG et Charlie et la chocolaterie) et c'était amusant d'entendre de vraies histoires du grand conteur.

L'une de mes histoires préférées concernait les barres chocolatées gratuites qu'il avait reçues lorsqu'il était à l'internat. Cadbury's enverrait des boîtes de chocolats d'essai, et les garçons goûteraient les nouvelles saveurs et rédigeraient leurs critiques. Dahl a dit que les garçons l'ont pris très au sérieux, "grignotant chaque chocolat avec l'air de connaisseurs, donnant nos marques et faisant nos commentaires. 'Trop subtil pour le palais commun', était une note que je me souviens d'avoir écrit."

Dahl a déclaré que cette expérience était importante car il s'est rendu compte que les grandes entreprises de chocolat avaient réellement inventé des chambres, et il a imaginé ce qu'il serait souhaitable d'y travailler et de créer de nouvelles saveurs. "Je ne doute pas du tout que, trente-cinq ans plus tard, lorsque je cherchais une intrigue pour mon deuxième livre pour enfants, je me suis souvenu de ces petites boîtes en carton et des chocolats nouvellement inventés à l'intérieur, et j'ai commencé à écrire un livre appelé Charlie et la chocolaterie."

Une autre histoire douce a été lorsque Dahl a eu le mal du pays alors qu'il était à l'école, et il a décidé de simuler une appendicite afin de pouvoir rentrer chez lui pendant quelques jours. Il connaissait les symptômes parce que sa sœur aînée en avait récemment, et il a fait tout un spectacle pour l'infirmière, hurlant et gémissant de douleur. Son acte a fonctionné jusqu'à ce qu'il rentre à la maison et que son médecin habituel sache instantanément qu'il faisait semblant. Le médecin lui a fait promettre de ne plus jamais recommencer.

J'ai écouté cela sur audio, raconté par l'acteur Dan Stevens, et il a fait un travail merveilleux en interprétant les différents personnages. J'ai particulièrement apprécié la voix stridente qu'il a créée pour la méchante femme qui dirigeait la confiserie locale, Mme Pratchett. Roald et ses amis détestaient tellement Mme Pratchett qu'un jour il a concocté un complot pour lui faire peur: il a mis une souris morte dans l'un des pots de bonbons. Malheureusement, la méchante Mme P a compris qui l'avait fait et les a fait fouetter par le directeur de l'école.

Même si j'ai écouté ce livre, j'avais une copie imprimée à feuilleter, et je recommande de jeter un œil aux pages car il contient de belles photos, notes et dessins. Recommandé pour tous les fans de Dahl.

Citation favorite:
[Après avoir quitté l'école, Dahl a été embauché par la société Shell et a voyagé à l'étranger]
«J'ai commencé à réaliser à quel point la vie pouvait être simple si l'on avait une routine régulière à suivre avec des heures fixes et un salaire fixe et très peu de réflexion originale à faire. La vie d'un écrivain est un enfer absolu par rapport à la vie d'un homme d'affaires. écrivain doit se forcer à travailler. Il doit faire ses propres heures et s'il ne va pas du tout à son bureau, il n'y a personne pour le gronder. S'il est un écrivain de fiction, il vit dans un monde de peur. Chacun nouveau jour exige de nouvelles idées et il ne peut jamais être sûr de les trouver ou non. Deux heures d'écriture de fiction laissent cet écrivain absolument épuisé. Pendant ces deux heures, il a été à des kilomètres de là, il a été ailleurs , dans un endroit différent avec des gens totalement différents, et l'effort de nager dans un environnement normal est très grand. C'est presque un choc. L'écrivain sort de sa salle de travail dans un état second. Il veut boire un verre. Il en a besoin. Il se trouve être un fait que presque tous les écrivains de fiction dans le monde boivent m minerai de whisky que ce qui est bon pour lui. Il le fait pour se donner foi, espoir et courage. Une personne est idiote pour devenir écrivain. Sa seule compensation est la liberté absolue. Il n'a d'autre maître que sa propre âme, et c'est, j'en suis sûr, pourquoi il le fait. "
date de révision 05/13/2020
Venola Slightam

(La décision de relire ce livre a été inspirée par les merveilleuses dames de Rassembler des livres et leur fantastique mème bimensuel "Everything Dahl and Magical". Ce que j'adore absolument. )


«Lorsque vous écrivez sur vous-même, vous devez vous efforcer d'être honnête. La vérité est plus importante que la modestie. Je dois donc vous dire que c'est moi et moi seuls qui avons eu l'idée du grand et audacieux Mouse Plot. Nous avons tous nos moments d'éclat et de gloire, et c'était le mien. »

J'ai lu pour la première fois ce glorieux mémoire à l'âge de douze ans quand j'ai dû faire un projet d'histoire sur une personne historique de mon choix.
Je suis allé à Staples, étourdi en tant que kipper, et j'ai acheté environ cinq piles de papier de sucre coloré et deux paquets de stylos à gel (ceux qui paillent malodorant, bien sûr) et j'ai entrepris de terminer éventuellement mes devoirs préférés.
Je m'occupais de mes propres affaires dans la salle de classe, armé d'un bâton Pritt et d'une copie de chacun de ses livres, quand cela absolu… tel ou tel… dans ma classe a dit «Roald Dahl? Historique? Je ne pense pas. Vous auriez dû choisir un monarque ou quelque chose. Vous allez obtenir une marque de déchets. "
Parce que j'étais une giroflée timide et retirée à l'époque, je murmurai quelque chose dans mon souffle et la fusillai du dessous de ma frange malheureuse.
MAIS, si elle m'avait dit qu'aujourd'hui j'aurais trouvé un bureau, se tenait dessus et, la poitrine gonflée, j'aurais déclaré: "Roald Dahl is une figure historique parce que si Roald Dahl n'avait pas écrit ses livres, alors la fiction pour enfants britannique… non, la fiction britannique aurait été beaucoup trop sombre pour tolérer. Il a capturé l'imagination de tant d'enfants et a écrit des histoires intemporelles qui encourageaient et continuent d'encourager des enfants qui ne prendraient normalement jamais un livre pour faire exactement cela. Et si faire que la génération après génération tombe amoureuse de son écriture ne le qualifie pas de personnage historique, alors je ne sais pas ce que ça fait. »
Mais… comme je l'ai dit.
Marmonner. Éblouissement. Frange malheureuse.
Quoi qu'il en soit, j'ai récupéré mon projet (et je l'ai toujours!) Et mon merveilleux professeur d'histoire a écrit: «Un travail fantastique et original ici. Vous avez vraiment rendu justice à une merveilleuse figure de la culture britannique. 10 crédits ”
10 crédits? Fantastique et original. OUAIS.
Quoi qu'il en soit ... revenons au livre.
J'ai adoré la façon dont Dahl ne mentionne que brièvement les histoires pour lesquelles il est connu une fois. Ce n'est que vers la fin où il décrit comment Cadbury's World (qui is comme Charlie's Chocolate Factory soit dit en passant!) avait l'habitude d'envoyer aux garçons de son internat un échantillon de chocolat pour goûter et comment cela l'avait amené à écrire Charlie et ses aventures.
Donc, chaque fois qu'il a été mentionné que son grand-père avait près de sept pieds de hauteur ou comment le jeune garçon se demandait comment fonctionnaient les gobstoppers, vous ne pouvez pas vous empêcher de penser que Dahl vous fait un clin d'œil ou murmure un secret que seuls vous deux sont au courant.
Être témoin de ces lueurs d'inspiration qui l'ont amené à écrire ses histoires bien-aimées, toutes ces années plus tard, était définitivement mon truc préféré dans ce livre.
Mme Pratchett avec son chemisier couvert de "Miettes de pain grillé et taches de thé et taches de jaune d'oeuf séché" et des mains qui «On aurait dit qu'ils avaient mis des morceaux de charbon sur le feu toute la journée. »
Vous rappelle quelqu'un?



Ou la matrone, "Grande femme blonde avec une poitrine" qui «Gouverné avec une tige d'acier. »




Et le Bestemama de Dahl avec son fauteuil à bascule perpétuel ou Bestepapa, qui est assis "Dire très peu et totalement dépassé."

Jumelé avec des photographies, des lettres manuscrites à la maison et, bien sûr, les glorieuses illustrations de Quentin Blake (ma préférée étant le capitaine Hardcastle aux yeux d'insectes et contrariés), Boy est toujours l'un de mes favoris de tous les temps.

Je pourrais très heureusement remplir cette critique avec des citations .... mais je vais vous laisser avec celle-ci ...

«Les anesthésiques et les injections antidouleur étaient peu utilisés à cette époque. Les dentistes, en particulier, ne s'en sont jamais souciés. Mais je doute beaucoup que vous soyez entièrement heureux aujourd'hui si un médecin vous jetait une serviette au visage et vous sautait dessus avec un couteau. »



Vous pouvez trouver cette critique et beaucoup d'autres choses passionnantes sur mon blog cliquant ici.
date de révision 05/13/2020
Zalucki Capoccia

L'un des grands auteurs d'histoires pour enfants, Roald Dahl divertit les lecteurs avec cette pièce qui englobe sa vie jusqu'à l'âge de vingt ans. Alors que Dahl déclare clairement que cette pièce n'est pas une autobiographie (car ces types de livres sont remplis de contes périmés et poussiéreux), il s'agit d'un fabuleux recueil de souvenirs de ses premières années. Fils aîné de deux Norvégiens, les premières années de Dahl étaient un mélange de douleur (il a perdu sa sœur et son père en une semaine) et de frivolité infantile (il aimait jouer avec ses copains d'école chaque fois que le temps le permettait). Dans un souvenir vivant, Dahl raconte son amour des bonbons et d'un commerçant qui avait une haine pour lui, ce qui a conduit le jeune Roald à concocter un plan pour se venger, ce qui s'est retourné horriblement. Enfant du deuxième mariage de son père, Dahl se souvient avoir roulé avec sa demi-sœur aînée, qui a eu un grave accident de véhicule à moteur qui lui a presque coûté une partie de son visage, Dahl raconte cela avec autant d'humour que l'événement le permet. Dahl travaille dur pour se remémorer ces vacances d'été annuelles en dehors d'Oslo, où les grands-parents le chérissaient et il ne pouvait pas attendre que l'école sorte à chaque été. Cependant, ces pensées glorieuses sont contrées par des souvenirs de la sangle et d'horribles matrones patrouillant dans les dortoirs quand il est parti pour le pensionnat. À la fin, Dahl jette un pont sur ses souvenirs de l'entrée sur le marché du travail et l'espoir qu'il pourrait rédiger un autre court volume pour inciter les lecteurs à poursuivre ce voyage. Comme beaucoup de ses livres, le lecteur est attiré par une expérience heureuse avec l'écriture facile et les idées fascinantes de Dahl.

On ne peut pas lire Roald Dahl et ne ressentir aucun lien avec les personnages qui remplissent le récit. Bien que cela s'éloigne de la fiction et oblige l'auteur à se souvenir de sa propre vie, Dahl est heureux d'admettre qu'il ne se souvient pas d'une grande partie de la vie avant huit heures, bien que ses souvenirs affluent par la suite. Alors que certains penseraient qu'un homme de soixante-dix aurait tant à dire, Dahl ne souhaite pas remplir les pages de souvenirs mornes, choisissant de raconter succinctement sa jeunesse. Je pouvais voir quelques thèmes intéressants dans les vignettes que Dahl a choisi de présenter, qui ont fini par être des histoires pour enfants majeures que j'ai lues dans ma jeunesse. L'utilisation par Dahl de ces souvenirs pour créer des classiques intemporels, tels que The BFG and Charlie and the Chocolate Factory, ne fait qu'ajouter à la grandeur de ce petit livre. Raconté d'une manière très animée, le lecteur ne peut s'empêcher d'imaginer le jeune Roald se diriger vers cette horrible matrone ou visiter ses grands-parents norvégiens bien-aimés tout en rêvant de bonbons sur le chemin du retour de l'école sous une seconde forme. Un morceau qui était si intéressant, je me bouscule pour mettre la main sur le deuxième volume, pour entendre ses souvenirs de guerre. Une lecture incontournable pour quiconque a un peu de temps pour se détendre et aime le style que Dahl a rendu célèbre.

Bravo, M. Dahl pour tout ce que vous avez fait dans votre vie. Vous aurez toujours une place spéciale dans mon cœur, qui ne se renforce qu'après avoir lu cette pièce.

Vous aimez / détestez la critique? Une collection sans cesse croissante d'autres apparaît sur:
http://pecheyponderings.wordpress.com/
date de révision 05/13/2020
Magas Krotz

C'est un bon petit livre - un artefact tout à fait historique maintenant puisque Dahl, écrivant au milieu des années 80, parle d'événements qui se déroulent il y a environ 100 ans à partir d'aujourd'hui. C'est un écrivain très clair et tranchant, avec un style simple mais très original. Cela est principalement dû au fait qu'il s'en tient à écrire sur ce qu'il trouve intéressant - la bastonnade, par exemple, qui est décrite maintes et maintes fois en détail. Comme il le dit, il est révolté par cela - en particulier en se délectant de décrire le rituel que son directeur de Repton traverserait lors de la bastonnade d'un enfant - les obligeant à se pencher sur son canapé alors qu'il alternait entre bastonner leurs fesses nues et fumer sa pipe. Cet homme, comme l'explique Dahl, est devenu évêque puis archevêque de Canterbury. Ailleurs, il décrit son héritage norvégien, l'enlèvement de ses végétations adénoïdes (à la maison, sans anesthésie) et un magasin de bonbons crasseux.

Mon passage préféré arrive tard dans le livre, lorsqu'il compare la vie de l'homme d'affaires qu'il était alors - travaillant pour Shell - avec l'écrivain qu'il serait plus tard.

"La vie d'un écrivain est un enfer absolu par rapport à la vie d'un homme d'affaires. L'écrivain doit se forcer à travailler. Il doit faire ses propres heures et s'il ne va pas du tout à son bureau, il n'y a personne à gronder S'il est un écrivain de fiction, il vit dans un monde de peur. Chaque nouveau jour exige de nouvelles idées et il ne peut jamais être sûr qu'il va les proposer ou non. Deux heures d'écriture de fiction laisse cet écrivain particulier pendant ces deux heures, il a été à des kilomètres de là, il a été ailleurs, dans un endroit différent avec des personnes totalement différentes, et l'effort de nager dans un environnement normal est très grand. C'est presque un choc. L'écrivain marche hors de son atelier dans un état second. Il veut boire un verre. Il en a besoin. Il se trouve que presque tous les écrivains de fiction dans le monde boivent plus de whisky que ce qui est bon pour lui. Il le fait pour se donner la foi, l'espoir et le courage. Une personne est un imbécile pour devenir écrivain. Sa seule compensation est absolue f la liberté. Il n'a d'autre maître que sa propre âme, et c'est, j'en suis sûr, pourquoi il le fait. "

Amen.
date de révision 05/13/2020
Roper Bicknas

J'ai lu ça en 7e année pour l'anglais et j'ai adoré.

Moi, je déteste normalement les livres scolaires. Mais celui-ci était différent, j'ai vraiment aimé celui-ci. C'était tellement intéressant. Je me souviens encore de la moitié des choses qui se sont passées dans le livre. C'est à quel point cela m'est resté. Je le recommande aux fans de Roald Dahl et même aux non fans, ce livre est différent de tous ses autres travaux.

la description

Bon différent ...

Je le recommande toujours, les choses qui se passent et comment il le décrit sont juste ...

la description

C'est le seul mot pour décrire le livre.

Un examen si brillant ...
date de révision 05/13/2020
Mita Lagano

Il s'agit du premier épisode de l'autobiographie de Dahl - écrit avec son esprit, son style et son accessibilité habituels. 'Boy' donne un aperçu divertissant des premières années et de l'éducation de Dahl. Voici quelques événements qui ont sans aucun doute fourni une influence et des idées pour certains de ses romans ultérieurs.

Petite critique - dans l'édition que je lisais, de nombreux fac-similés d'extraits de lettres / rapports, etc. de l'enfance de Dahl étaient quelque peu difficiles à lire en raison de la taille de l'écriture et auraient peut-être bénéficié de copies légèrement plus grandes des originaux ?

Vaut vraiment le détour pour tous les fans de Roald Dahl.
date de révision 05/13/2020
Ulick Garlow

Mon intérêt pour la lecture de ce roman a été stimulé il y a quelques semaines lorsque j'ai rendu visite à des amis, dont l'un au cours de la soirée a déterré sa collection de livres de Roald Dahl et a continué à nous réintroduire la magie que nous avions près d'oublier que nous avions connue en tant que les enfants à les lire.

J'ai toujours aimé la stupidité pure des contes de Roald Dahl - la nature horrible de certains de ses personnages adultes et la nature héroïque de ses personnages principaux jeunes mais forts.

Ce que j'ai adoré de ce livre, c'est que non seulement il était écrit dans le style excentrique et pourtant sans fioritures pour lequel Dahl était connu, mais il m'a aussi donné un aperçu fascinant de certaines des influences qui ont façonné son écriture.

Une expérience notable que j'ai particulièrement appréciée était l'histoire de la femme qui possédait la confiserie près de son école, qui avait les doigts hideusement sales, et qui était la récipiendaire affectueuse de l'une des farces d'écolier de Dahls - mettre une souris morte à l'intérieur d'une de ses pots de sucette à trouver.

De cela, et certains des membres de sa famille (l'ancienne sœur aînée par exemple), je ne peux qu'imaginer que Dahl a trouvé l'inspiration pour ses personnages extraordinairement méchants - l'Éponge et la Spike de tante, les Twits et l'horrible grand-mère de George.

Le charme a également été l'une de ses expériences les plus difficiles - les joies de grandir à une époque où l'anesthésie n'existait pas et il était donc beaucoup plus douloureux de sortir vos amygdales.

Enchanteur étaient ses récits de visite à sa famille norvégienne en vacances quand il était enfant, la confusion des barrières linguistiques et les différences culturelles, j'en suis sûr, ont inspiré certains des personnages les plus excentriques de Dahls - M. Willy Wonka par exemple.

Dans l'ensemble, cela ressemble plus à l'un des romans fictifs de Dahl et non à une autobiographie du tout. Pas du tout pompositaire, Dahl a joyeusement supprimé les éléments les plus ternes de sa vie, dont je suis reconnaissant. Néanmoins, ce livre est un merveilleux récit d'une enfance bien dépensée (pour la plupart). Pour les fans d'autobiographies, qui aiment lire pour comprendre ce qui fait vibrer une personne, cette histoire d'enfance ne décevra pas. Ce livre va loin pour impressionner le lecteur sur les événements qui ont conduit à la bonne humeur gaie pour laquelle ses lecteurs l'aimaient.
date de révision 05/13/2020
Heuser Caroway

Avant cette année, je n'avais jamais lu le travail de Dahl, et quand je l'ai ramassé, je ne savais pas que c'était une autobiographie. Imaginez donc ma surprise quand j'ouvre le livre et ne vois rien du tout de fantaisiste ou idiot. Ce qui est cool, mais tout simplement pas ce à quoi je m'attendais. Ne pas lire la description frappe à nouveau!

Quoi qu'il en soit, c'est une belle collection d'histoires de l'enfance de Dahl et même si je pense que peut-être un peu est embelli (qui peut se souvenir de tant de détails de la petite enfance?), J'ai beaucoup apprécié. J'ai particulièrement aimé sa famille et la beauté de sa mère. Elle était définitivement une femme forte et engagée à faire ce qu'elle a fait pour sa famille.

J'ai certainement vu une certaine influence sur ses histoires ici, ce qui n'est pas surprenant mais amusant parce que c'est comme regarder les blocs de construction du processus créatif se mettre en place. Je vais chercher le deuxième livre de cette série si je peux le trouver parce que j'aimerais arriver là où il était en fait un écrivain de travail et en savoir plus à ce sujet. Dahl commente brièvement ici à ce sujet, mais seulement pour opposer un travail plus structuré et "normal" à se fixer pour écrire et être créatif. Des trucs intéressants.

De plus, je suis très content de ne jamais avoir été chauffant de siège de toilette à l'extérieur. O_o
date de révision 05/13/2020
Moncear Loil

Des histoires absolument charmantes sur la famille de Dahl et ses premières années d'école. Comme il le dit, ce n'est pas vraiment une autobiographie, mais ce sont les morceaux dont il se souvient. Et vous pouvez voir comment ces souvenirs ont influencé ses livres, et comment sa famille intelligente, soudée et fantastique l'a également inspiré. Complet avec des illustrations et des extraits de ses lettres à la maison aussi.
date de révision 05/13/2020
Vyse Maebry

3 ½ étoiles. J'étais triste et en colère que tant de punitions et de cruauté aient été infligées aux garçons dans le système scolaire.

Roald est allé dans une école galloise pour la maternelle. Le professeur l'a battu avec une canne. Sa mère l'a ensuite envoyé dans différentes écoles anglaises en pensant qu'elles étaient les meilleures écoles du monde. Mais malheureusement, dans chaque école où il est allé, il a été battu avec une canne par des enseignants, des directeurs d'école ou des garçons portant le titre de Boazer (préfet). Quand Roald était adolescent, il était un athlète vedette. Cela aurait fait de lui un Boazer. Mais les administrateurs ne feraient pas de lui un Boazer car ils savaient qu'il n'utiliserait pas de canne pour battre des garçons plus jeunes. Je pense que c'était un mode de vie horrible dans les écoles dans les années 1920 et 1930. C'était répandu. Beaucoup d'enseignants et de personnel étaient cruels. Parfois, des garçons innocents étaient accusés de choses juste pour pouvoir les punir.

ATTENTION - CONTENU VIOLENT ET GRAPHIQUE DANS SPOILER:
(voir spoiler)[
Pour être bastonné, le garçon a dû baisser son pantalon. Un Boazer était admiré pour sa capacité de bastonnade. Il frappait le garçon au même endroit à plusieurs reprises et prélevait souvent du sang. La victime a dû rester debout avec son pantalon pendant plusieurs minutes pendant que d'autres garçons examinaient attentivement les ecchymoses de la canne dans les moindres détails. Bien sûr, ses soldats étaient également exposés pour que tous puissent les examiner.
(cacher le spoiler)]

Il y avait d'autres histoires qui étaient intéressantes et qui ne me rendaient pas aussi fou que ci-dessus.

Il s'agit de non-fiction - 25 courts essais sur les événements de la vie de l'auteur de 6 à 20 ans.

DONNÉES:
Mode narratif: 1ère personne. Longueur de l'histoire: 172 pages. Langage jurant: aucun. Contenu sexuel: aucun. Cadre: principalement des années 1920 et 1930 au Pays de Galles et en Angleterre. Copyright: 1984. Genre: autobiographie, mémoires.
date de révision 05/13/2020
Chessa Chrisman

C'était l'une de ces révélations pour moi quand j'étais enfant; J'ai lu Boy un nombre incalculable de fois (et chez moi, j'ai toujours l'édition bien portée de 1986). Le concept d'une autobiographie était si nouveau et radical, à une époque où la lecture était tout faire croire et fiction; c'est «vraiment arrivé», ce n'était pas inventé! Plutôt, un livre magique qui a ouvert un autre monde, entrevoyant une vie que je ne vivrais jamais.

Ses souvenirs d'enfance et de vie scolaire sont francs, vifs et souvent horribles. En particulier, son récit de la suppression inattendue de ses végétations adénoïdes m'a frappé de façon vivante à ce jour, depuis que je l'ai lu la première fois (fortement imprimée car j'ai moi aussi retiré mes végétations adénoïdes quand j'étais enfant et la représentation graphique m'a complètement effrayé) . Les histoires de vie au pensionnat, la tapette, la canne à sucre, les chocolats et les coffres, un voyage en voiture mémorable et un air de menace général ont révélé un mode de vie vraiment différent.

En le lisant maintenant, je suis frappé par sa brièveté et son étroitesse. Il semblait tellement plus grand quand j'étais enfant (un peu comme les directeurs d'école, je suppose). Pourtant, j'ai apprécié de le revisiter énormément. C'est aussi formidable de découvrir ces aperçus des futurs récits et personnages de Dahl. C'est un livre vraiment génial que les enfants peuvent lire et découvrir, d'autant plus que nous nous éloignons de l'ère représentée.

Dahl dit au début que tout est vrai, mais cela n'a vraiment aucune importance dans les deux cas. C'est de la magie qui raconte des histoires. Vaut la peine d'être lu, quel que soit votre âge. Maintenant, à ses dernières années ...
date de révision 05/13/2020
Adest Denkevitz

Un compte vraiment charmant, attachant et drôle d'une enfance très belle, attachante et tout à fait aventureuse d'un auteur merveilleux. Revue complète à suivre.



Blog | Instagram | Twitter | Pinterest | Boutique | Etsy

Laisser un avis pour Boy: Tales of Childhood