Page d'accueil > Pièces > Classics > Films dramatique > Salomé Évaluation

Salomé

Par Oscar Wilde Robert Baldwin Ross, Aubrey Beardsley, Alfred Bruce Douglas,
Avis: 29 | Évaluation globale: Médias
Lauréat du prix
7
Bien
12
Médias
7
Le mal
3
Terrible
0
Indigné par la perversité sexuelle de cette tragédie en un acte, Lord Chamberlain de Grande-Bretagne a banni Salomé de la scène nationale. Les poètes et écrivains symbolistes Stéphane Mallarmé et Maurice Maeterlinck ont ​​notamment défendu l'éclat littéraire de la pièce. Au-delà de sa notoriété, l'imagerie poétique obsédante du drame, les cadences bibliques et l'atmosphère fébrile lui ont valu une

Avis

date de révision 05/13/2020
Yseulte Bash

Salomé = Salomé, Oscar Wilde
Salomé (français: Salomé) est une tragédie d'Oscar Wilde. La version originale de la pièce de 1891 était en français. Trois ans plus tard, une traduction anglaise a été publiée. La pièce raconte en un acte l'histoire biblique de Salomé, belle-fille du tétrarque Hérode Antipas, qui, à la consternation de son beau-père mais pour le plus grand plaisir de sa mère Hérodias, demande la tête de Jokanaan (Jean-Baptiste) sur un plateau d'argent comme récompense pour avoir dansé la danse des sept voiles.
تاریخ نخستین خوانش: سال 1972 میلادی
عنوان: سالومه ؛ نویسنده: اسکار وایلد ؛ مترجم: هوشنگ ایرانی ؛ تهران ، گلشائی ، 1327 ، در 61 ص ؛ چاپ دیگر: بی جا ، عباس جهانگیری ، 1327 ؛ در 61 ص ؛ موضوع: نمایشنامه های نویسندگان انگلیسی - سده 19 م
عنوان: سالومه ، اهمیت ارنست بودن و بادبزن خانم ویندمر ؛ نویسنده: اسکار وایلد ؛ مترجم: محمد سعیدی ؛ تهران ، بنگاه ترجمه و نشر کتاب ، 1336 ، در 302 ص ؛ چاپ دیگر انتشارات علمی فرهنگی ؛ 1379 231 در 9644452216 ص ، شابک: XNUMX ؛
عنوان: سالومه ؛ نویسنده: اسکار وایلد ؛ مترجم: سیروس بهروزی ؛ تهران ، امیرکبیر ، 1342 ؛ در 100 ص ؛ چاپ دیگر: تهران ، آوای روزان ، 1395 ، در 78 ص ؛ شابک: 9786008267614 ؛
عنوان: سالومه ؛ نویسنده: اسکار وایلد ؛ مترجم: عبدالله کوثری ؛ تهران ، چاپ کتاب ، هرمس ، 1385 ؛ در 94 ص ؛ شابک: 9643633489 ؛ چاپ دیگر: تهران ، هرمس ، 1388 ؛ در 92 ص ؛ شابک: 9789643633486 ؛ دوزبانه ؛
عنوان: یک تراژدی در فلورانی و سالومه ؛ نویسنده: اسکار وایلد ؛ مترجم: محمدرضا مکوندی ؛ تهران ، نشر قطره ، 1395 ؛ در 127 ص ؛ شابک: 9786001198816 ؛
نمایشنامه و درام, بازسازی افسانه ی «سالومه» شاهزاده خانم شرقی ست, که برای به دست آوردن سر بریده ی «جان باپتیست» یا «یحیی تعمید دهنده», با پاهای برهنه برای شوهر مادرش رقصید. «اسکاروایلد» نمایشنامه «سالومه» را ، با وجود قانون منع توصیف شخصیتهای کتاب مقدس نوشتند. ا. شربیانی
date de révision 05/13/2020
Titos Jitesh

Salomé est la fille d'Hérodiade, la nouvelle épouse d'Hérode, le tétrarque de Galilée. Elle est belle, elle danse bien, elle charme. Dans un puits bien entretenu, elle entend la voix d'Iokanaan, emprisonnée parce qu'il dit des choses très dégoûtantes. Certains disent qu'il est le messie. Salomé veut le voir. Et malgré les réticences des militaires, malgré les menaces d'Iokanaan lui-même, malgré les horreurs qu'il prophétise et que tout le monde dit concerner Hérodiade la mère de Salomé, elle veut le voir, lui parler, l'embrasser. Il refuse. Hérode et Hérodiade arrivent alors. Hérode qui dévore sa belle-fille des yeux, ce que sa femme lui reproche. Il la supplie alors de danser pour lui. À tout prix.

L'épisode biblique est extrêmement bien connu. Mais Oscar Wilde a caché l'identité du prophète Saint-Jean-Baptiste en lui donnant son nom hébreu. La tradition catholique est donc soigneusement distante, et le personnage lui-même apparaît comme presque fou, un peu dérangeant, éclairé, hors du monde. Mais ce qui m'a le plus surpris, c'est le personnage de Salomé, étonnamment travaillé. Nous connaissons le caractère lubrifiant d'Hérode, nous connaissons la cruauté d'Hérodiade qui a souhaité la mort du prophète. On suppose même que c'est pour aller en direction de sa mère que Salomé lui demandera sa tête. Maintenant, elle devient manipulatrice. Elle essaie de séduire le prophète, de le subjuguer par le charme comme par les insultes et c'est parce qu'il refuse son baiser qu'elle le condamne. C'est par elle-même qu'elle décide de demander la tête de Jean-Baptiste, dans une scène implacable où Hérode dépose à plusieurs reprises toutes les richesses du monde aux pieds de Salomé, la suppliant de demander autre chose, à laquelle elle répond, laconique et lancinante: "Je veux la tête d'Iokanaan". Là où elle pourrait encore être l'objet involontaire de tant de passion, Oscar Wilde fait d'elle une femme fatale et dangereuse de son plein gré.

Salon du livre de Lisbonne 2016.
date de révision 05/13/2020
Fellner Seuss

Donc, cela doit être l'une des choses les plus étranges et les plus étrangement passionnantes que j'ai rencontrées depuis un moment. Pris isolément, le jeu de Wilde n'est pas grand-chose: lourd, terne. Mais combinez-les avec les illustrations fantaisistes d'Aubrey Beardsley, et grâce à une sorte de magie alchimique, une expérience intertextuelle assez extraordinaire est créée.

Le texte lui-même semble en quelque sorte antithétique à ce que nous associons maintenant à Wilde: il n'y a rien qui ressemble à de l'esprit, du claquement, de l'humour, à double sens. Wilde a apparemment affirmé que sa genèse était une expérience impliquant un auteur écrivant dans une langue qui n'est pas la sienne (ce qui, dans cette situation particulière, est plus intéressant en concept qu'en exécution). Il a certainement ses moments d'intérêt et plusieurs moments de poésie indéniable, et parvient à évoquer une atmosphère de serre chaude, mais je doute fort que vous trouverez beaucoup de gens le proclamant comme un chef-d'œuvre (et ceux qui le font travaillent probablement sur une thèse de doctorat avec un intérêt à prouver autant).

Mais placez le texte côte à côte avec les célèbres illustrations d'Aubrey Beardsley, et soudain le texte écrit déborde de résonances qu'il ne semblait pas posséder auparavant. La ligne la plus célèbre de la pièce est probablement la déclaration d'Hérode selon laquelle "il n'est pas sage de trouver des symboles dans tout ce que l'on voit. Cela rend la vie pleine de terreurs." Mais c'est strictement ce que fait Beardsley: il remplit ses illustrations de symboles, à la fois tirés du texte et de sa propre imagination, et des résultats, alors qu'à première vue, il ressemble au genre de chose ironiquement nostalgique qu'un café branché de San Francisco accrocherait à ses murs, devenir, à y regarder de plus près, assez grotesque, voire un peu répugnant.

Le résultat? Les illustrations de Beardsley travaillent à retraduire activement le texte de Wilde, à la fois en le localisant et en lui imposant une sorte de sexualité subversive, brodant sur la suggestion de Wilde d'un quasi-inceste avec des nuances indéniables de bisexualité, d'homosexualité, d'ambiguïté sexuelle et de déconstruction de toutes sortes. Essentiellement, Beardsley recontextualise et reconfigure le jeu de Wilde en quelque chose de très différent de ce qu'il semble au départ.

Ce qui en fait à la fin, plutôt ironique, est beaucoup plus reconnaissable Wildean.





date de révision 05/13/2020
Anastasio Knackstedt

(Relire, avec un ami)

Pièce en un acte pas aussi célèbre que les autres pièces de Wilde, elle n'en demeure pas moins fascinante. D'après ce que je comprends, pendant que Wilde a écrit ceci, il y avait un engouement pour Salomé. Wilde a donné sa propre interprétation de l'histoire, en plus d'être influencé par un peintre; un poëte; Flaubert; et un roman (pas celui de Flaubert) qu'il adorait. Bien qu'il ne soit pas écrit dans son style «typique», son esprit peut être discerné; et bien que son utilisation de la répétition puisse d'abord sembler puérile, il en fait un usage efficace.

En contradiction avec le récit biblique, un Salomé lubrique et vengeur est au centre. Hérodias est inefficace: elle se tient à l'écart en émettant des ordres auxquels ni sa fille ni son mari ne prêtent attention. Salomé reçoit du pouvoir grâce à son intellect, au moyen d'une ruse; Pourtant, elle est également décrite comme déraisonnable, voulant irrationnellement ce qu'elle veut, quoi qu'il arrive. Les regards interdits ou invisibles sont un motif constant, même avec les personnages mineurs; pourtant, le seul homme érotisé est celui qui ne regarde personne.
date de révision 05/13/2020
Lais Bregel

"Le mystère de l'amour est plus grand que le mystère de la mort."

Wilde's Salomé était bizarre et dégoûtant et aussi un peu satisfaisant. Je ne peux pas vraiment parler de fond biblique, historique ou politique, mais cela donne une pièce divertissante et inhabituelle que j'aimerais voir un jour sur scène.


Retrouvez plus de mes livres sur Instagram
date de révision 05/13/2020
Jehiel Azcona

un classique gothique. particulièrement agréable si vous êtes maintenant ou avez été rejeté par un homme qui pensait qu'il était meilleur que vous.


enlevez leur têtes!
date de révision 05/13/2020
Bale Mcnaughton

... le mystère de l'amour est plus grand que le mystère de la mort.

Je m'incline devant la grandeur d'Oscar Wilde. C'est le plus étrange de ses travaux que j'ai lu et croyez-moi, j'ai lu presque tout ce que cet homme a écrit. Il lui manquait le style spirituel et sarcastique distinctif de lui et surtout ses citations, mais cela ne le rendait pas moins intéressant.

Salomé est une pièce basée sur des figures bibliques et de nombreux symboles peuvent être trouvés ici. C'est court et intelligent. Je répète que ce n'est pas l'Oscar Wilde typique que nous connaissons, mais ça vaut le coup d'être lu.
date de révision 05/13/2020
Plante Yengo

Ma dernière année de lycée, j'ai lu cette pièce dans le cadre d'un cours indépendant d'Oscar Wilde. Ma première impression en l'achevant était: "Wow. Ce Salomé est sérieusement f ---- d up!"

Cependant, quatre ans plus tard, alors que je cherchais une pièce en un acte à diriger pour ma thèse de collège - et n'ayant pas de chance particulière - je me suis souvenu de cette pièce. La relire a produit en moi une réaction tout à fait différente: si Salomé est fou (j'étais plus discret dans mes pensées à l'époque), alors elle l'est parce que la société ne lui a rien appris d'autre; elle est captive dans le monde de la tentation, captive même dans la façon dont cette société parle en rond; c'est la femme d'aujourd'hui.

J'ai obtenu la permission de monter la pièce dans mon collège catholique (qui était déjà déjà suspect des arts de la scène!), Et n'étant pas conscient de la tendance actuelle à la traiter comme un camp, j'ai plutôt abordé la pièce comme un drame (presque) couplet: émotions accrues, actions intensifiées, un monde qui utilise le langage pour la séduction, un monde dans lequel les paroles d'un saint homme jaillissent comme une lance de foudre.

Nous y avons trouvé beaucoup de choses sur la propre vie de Wilde parallèlement à l'œuvre. On a beaucoup parlé de sa disgrâce et de son exil, mais en lisant Salomé en même temps que sa poésie de la même époque, et à la lumière du fait que dans son exil il s'est réconcilié avec ferveur avec l'Église catholique, nous voyons un portrait d'un homme qui, tout comme Dorian Gray ou Salomé, est piégé par la façon dont les gens le perçoivent; qui est obligé de porter une image publique dont il jouissait autrefois qui le piège et le hante maintenant; un homme qui tâtonne après la grâce.

Mon seul souhait est que plus de gens prennent Salomé au sérieux (même si la traduction du français semble pourpre-prose-y à nos oreilles!). Il y a beaucoup de nous-mêmes dedans.

(Pour voir ma version de Salome - quelque peu éditée pour des contraintes de temps et de production, et certes seulement ma deuxième incursion à l'époque dans la réalisation, voir ici: http://youtu.be/7wEGn2tbnsg)
date de révision 05/13/2020
Larsen Warth

Ah, je revisite les œuvres impressionnantes d'Oscar Wilde sur la mort, la folie, la passion tordue, le sang et ... enfin et surtout, la beauté.


La critique d'Alice Poon pour ce chef-d'œuvre: https://www.goodreads.com/review/show...
date de révision 05/13/2020
Alleris Lupold

Tout d'abord, je ne savais pas que c'était une pièce en un acte. Puis j'ai découvert qu'il était à l'origine écrit en français (alors qu'Oscar Wilde était en exil à Paris) pour éviter la censure victorienne.

Salomé est un conte de passion complexe. La Salomé d'Oscar Wilde n'est pas un instrument d'Hérodias. C'est une amante sensuelle et sensible qui se transforme en bourreau vengeur. Sa mère, Hérodias et l'actuel roi avaient emprisonné et mis à mort, son père, l'ancien roi faisant d'elle un "hameau". Elle tombe amoureuse de Jean-Baptiste, non pas parce qu'il est un homme adorable, mais simplement parce qu'elle est fascinée par lui.

Autre que l'intrigue, il y a une histoire secondaire. Je pensais que Jean-Baptiste était peut-être une métaphore d'Oscar Wilde lui-même. Un voyant, rejeté mais la société n'a pas le courage de le détruire complètement.

Il est intéressant de savoir que cela a été traduit par Lord Alfred Douglas.

date de révision 05/13/2020
Furnary Fagerlund

Après avoir terminé "Salomé", j'ai éclaté de rire. Cela ne semble pas inhabituel. Oscar Wilde est réputé pour son dialogue plein d'esprit et ses commentaires sociaux sournois, alors pourquoi ne pas rire? Eh bien, je n'ai pas ri à cause de l'humour de la pièce, j'ai ri parce J'étais bizarre. Il y avait une pensée qui dominait ma pensée, et cette pensée était: Qu'est-ce que je viens de lire?

J'ai été décontenancé par cette pièce, j'ai été surpris d'apprendre qu'Oscar n'a pas uniquement écrit des pièces de société. J'ai été accosté à sa représentation d'un cadre de classe supérieure, à des dîners où tous les assistants discrets se détestent et au dandy avec ses déclarations contradictoires. Je n'ai rien de tout cela dans "Salomé".

"Salomé" est Oscar adaptation de l'histoire biblique d'Hérode et d'Hérodias. Je savais que Oscar était un homme religieux et qu'il étudiait des textes anciens à son époque à Oxford; Je ne savais pas qu'il les adaptait également.

Selon le Nouveau Testament, Salomé était la fille d'Hérodias. Elle est tristement célèbre pour avoir exigé et reçu la tête de Jean-Baptiste d'Hérode, le mari de sa mère. Elle est souvent identifiée à la femme dansante sans nom - les traditions chrétiennes la dépeignent comme une icône de séduction féminine dangereuse en raison de la nature érotique de sa danse. Oscar a opté pour un motif similaire dans sa pièce, décrivant Salomé comme une femme fatale.

Comme je ne suis pas bien lu dans le matériel source, je ne jugerai pas à quel point Oscar a adapté son histoire. D'après ce que j'ai compris, il a modifié certaines choses, par exemple que dans la matière source, après sa danse, Salomé a demandé à sa mère ce qu'elle devrait exiger d'Hérode, et que dans la pièce d'Oscar Salomé est beaucoup plus indépendante et manipulatrice, et veut la tête de Jonakaan pour raisons égoïstes. Cependant, Oscar est resté assez fidèle à l'histoire originale dans son ensemble.

Lors de ma première lecture de la pièce, je n'y ai pas vu grand-chose. Pas de plus grand sens ni aucune signification, d'ailleurs. Hérode m'a donné la chair de poule, la façon dont il convoitait Salomé, lui demandant de danser pour lui, était extrêmement inconfortable à lire. Mais Salomé n'était pas mieux. Son obsession étrange avec le corps de Jonakaan est sortie de nulle part et semblait extrêmement prédatrice. J'ai été dégoûté par son monologue final et qu'elle a caressé et embrassé la tête détachée de Jonakaan.

En général, la pièce était très anticlimatique. L'exécution de Jonakaan se déroule à huis clos et le public n'est pas autorisé à participer à l'action. La danse de Salomé n'est pas du tout décrite, et le lecteur doit l'imaginer lui-même. La pièce et son dialogue semblaient très répétitifs et manquaient d'esprit.

Mon opinion sur "Salomé" a changé pour le mieux, après avoir fait quelques recherches à ce sujet. Les critiques discutent de cette pièce avec des thèmes très intéressants à l'esprit - l'obésession de la société à la virginité, au regard masculin et au pouvoir sexuel. J'étais vraiment heureux d'apprendre ces discussions, car j'ai pu voir moi-même la preuve textuelle. Hérode convoite le corps de Salomé et, par conséquent, tout au long de la pièce, elle est représentée à travers les yeux d'un prédateur, son corps est au centre de l'attention et trop sexualisé. Cependant, le «regard féminin» est également répandu dans l'histoire, dans l'obsession malsaine de Salomé pour la blancheur du corps de Jonakaan et la maturité de sa bouche. De plus, Salomé a le pouvoir sur Hérode, il doit se plier à ses désirs, simplement à cause de son attrait, de sa grande sexualité. Elle est tout cela, malgré le fait qu'elle soit encore vierge.

Ce que j'ai trouvé vraiment intéressant, c'est que certains érudits discutent du sous-texte homosexuel de la pièce. Je n'ai pas du tout compris cela, mais je trouve que cela mérite d'être mentionné. Dans la pièce, Salomé promet au jeune syrien (qui est follement amoureux d'elle) une fleur, un signal typique de l'homosexualité à l'époque d'Oscar. Ces érudits soutiennent que la sexualité de Salomé est présentée comme typiquement masculine (après tout, elle est souvent décrite comme étant en position de pouvoir, et elle a un caractère très prédateur), ce qui rend la relation entre elle et le jeune Sytian borderline homoérotique.

Cette vision fascinante et différente de la pièce devient encore plus intéressante si l'on considère qu'Oscar a dédié cette pièce à son amant, Bosie, et que Bosie a tenté de traduire cette pièce (Oscar l'avait écrite à l'origine en français). Oscar et Bosie se sont querellés avec acuité au sujet de la traduction parce qu'Oscar n'était pas satisfait de cela, et Bosie l'a blâmé sur la faible maîtrise d'Oscar de la langue française, affirmant que les défauts résidaient dans la version originale de la pièce. Oscar a ensuite traduit la pièce lui-même, mais a donné à Bosie le mérite de ne pas le contrarier davantage.

De plus, j'étais vraiment impatient d'apprendre pourquoi Oscar avait décidé d'écrire en français. Apparemment, il considérait l'écriture dans une langue étrangère comme une auto-expérience:
"I have one instrument that I know I can command, and that is the English language. There was another instrument to which I had listened all my life, and I wanted once to touch this new instrument to see whether I could make any beautiful thing out of it."
Je trouve ça très fascinant, et donc Je ne considère pas cette pièce comme une perte de temps. Bien sûr, mon temps de lecture n'a pas été le plus agréable, mais j'ai adoré découvrir ses thèmes importants et la perspicacité dans l'esprit d'Oscar Wilde que les recherches ultérieures m'ont donné.

Donc, en conclusion, je ne recommanderais pas nécessairement cela à des gens qui n'ont jamais rien lu d'Oscar auparavant. C'est tout à fait le jeu inhabituel pour lui, et ses jeux de société sont beaucoup plus accessibles et amusants. Cependant, si vous êtes vraiment intéressé par l'homme lui-même et son travail, "Salomé" est une lecture vitale à partir de laquelle vous pouvez apprendre un peu.
date de révision 05/13/2020
Flavian Dehm

[Remarque: il s'agit d'une revue combinée de "Salome" la pièce et l'opéra.]

On a dit assez souvent que la musique n'a pas de nationalité. Parfois, une œuvre d'art peut transcender la culture et la langue pour atteindre un sommet de perfection, dans lequel la musique et l'histoire fusionnent pour produire une forme d'art époustouflante qui saisit le cœur et l'esprit du public. Le joyau lyrique de Richard Strauss «Salomé» en allemand, basé sur la pièce française d'Oscar Wilde, mérite peut-être d'être compté parmi ces pièces.

Oscar Wilde, le poète et dramaturge irlandais qui est né à Dublin et a fait ses études à Oxford, en Angleterre, notamment un prodige de la langue, connaissait très tôt l'allemand, le français, le grec et le latin. La vie hédoniste libérale qu'il a menée dans sa jeunesse, tout en étant désapprouvée par la société dans laquelle il vivait, pourrait bien aiguiser ses sens pour lui donner le zeste nécessaire pour apprécier la beauté de l'art qui peut être cachée à l'œil non averti. Ses œuvres les plus acclamées sont son seul roman «L'image de Dorian Gray» et la pièce «L'importance d'être sérieux».

La pièce «Salomé», moins connue, était basée sur l'histoire biblique bien connue de la décapitation de Jean-Baptiste et que Wilde a écrite à l'origine en français.

L'histoire se passe ainsi. Lors d'une fête d'anniversaire organisée par Hérode, le tétrarque de Judée, Salomé, sa belle-fille, a exigé de voir Jean-Baptiste qui était détenu dans une citerne souterraine pour avoir critiqué la mère d'Hérodias de Salomé pour son mariage incestueux avec Hérode, frère de son mari. . En voyant le saint homme, Salomé est tombé amoureux de lui et a déclaré son désir passionné pour sa peau blanche, ses cheveux noirs et ses lèvres rouges. Lorsqu'elle a été repoussée, elle a demandé perversement à Hérode, qui voulait après elle, de la récompenser avec la tête de John après avoir dansé la Danse des Sept Voiles, Hérodias la poussant joyeusement. Hérode a essayé de la dissuader de sa demande en lui offrant de l'émeraude, puis des paons blancs, puis le voile sacré du temple, qu'elle a tous refusé. Quand elle a finalement obtenu ce qu'elle voulait, elle a embrassé les lèvres de la tête coupée qui lui a été remise sur un plateau d'argent. Terrifié par la vue de cette folie, le superstitieux Hérode ordonna à ses soldats de la tuer.

Il y a une histoire intéressante derrière la raison pour laquelle Wilde a écrit «Salomé» en français, en dehors de la raison artistique que les effets pourraient être plus sensuellement saisissants en français qu'en anglais.

Il a été dit qu'il avait été inspiré par le célèbre tableau de l'artiste français Gustave Moreau de Salomé sous-titré "L'Apparition", qui montrait avec une puissance sensuelle ébranlée la vision hallucinée de Salomé du saint décapité après qu'elle eut reçu sa terrible récompense. Une autre source d'inspiration de Wilde est venue de la nouvelle de Gustave Flaubert «Herodias» (l'une des trois nouvelles intitulée «Three Tales»), qui collait au récit original qui faisait de Salomé un outil innocent de sa mère Herodias, et qui fournissait des détails sur celle de Salomé. danse comme Flaubert se souvenait d'une danse arabe qu'il avait regardée lors d'une visite en Egypte. Wilde a astucieusement changé le point focal d'Hérodias en Salomé et a mis Salomé au premier plan. Il a également fait d'elle l'amante sadique de Jean-Baptiste, reprenant le soupçon de sadisme et de perversité de l'interprétation du romancier français Joris-Karl Huysmans de la peinture de Moreau dans son roman "A Rebours" ("Contre la nature" ou "Contre" le grain").

Ainsi influencé par ces importants créateurs français d'art, il était tout à fait naturel que Wilde veuille recréer «Salomé» en langue française afin de leur rendre hommage, à tout le moins.

Puis Richard Strauss, le compositeur allemand magistral, est venu et a transformé la pièce française de Wilde en une pièce d'opéra électrisante en allemand, écrivant le livret lui-même. Débuts en 1905, la production de Strauss a recueilli une reconnaissance enthousiaste et certains de ses pairs ont décrit l'opéra comme «prodigieux» et «un volcan vivant, un feu souterrain».

Après avoir lu la pièce de Wilde (une traduction en anglais), je connais les détails de l'histoire. Je ne prétends rien savoir de la musique classique, mais quand j'ai regardé une vidéo de l'opéra Strauss (dirigée par Bohm) sur Youtube et écouté la musique, cela m'a donné une étrange sensation pulsatile et éruptive. L'histoire du désir sexuel meurtrier s'exprime dans une orchestration parfaite d'instruments de musique et de chants soprano pour troubler les recoins les plus profonds du cœur humain. Teresa Stratas, une artiste grecque de l'Ontario, au Canada, qui a joué le rôle principal de Salomé, m'a en effet profondément impressionnée par sa performance envoûtante.

Heureusement, il n'est pas nécessaire de parler allemand pour pouvoir apprécier la musique de Strauss. En fait, il n'est pas nécessaire d'être de nationalité particulière pour pouvoir apprécier la bonne musique de musiciens de toute nationalité. Comme Strauss l'a dit dans une lettre à un ami et librettiste juif:

«Croyez-vous que je sois jamais, dans aucune de mes actions, guidé par la pensée que je suis allemand? Supposez-vous que Mozart ait jamais été consciemment aryen quand il a composé? Je ne reconnais que deux types de personnes: celles qui ont du talent et celles qui n'en ont pas. »
date de révision 05/13/2020
Lobel Noland

Repris pour lire après avoir lu The Spy de Coelho qui est une nouvelle de Mata Hari qui a été expliqué était basé sur la pièce de Wilde Salomé. Alors je me suis lancé, en lisant cette pièce écrite à l'origine en français et traduite (et dans cette édition comprend également des illustrations FOLLES) sur une femme et ses souhaits et désirs. Hérode veut qu'elle danse et lui dit qu'il lui donnera tout ce qu'elle veut, elle souhaite la tête d'Iokanaan, puis Hérode prend à son tour la vie.
date de révision 05/13/2020
Hilbert Rasavong

Jamais auparavant une œuvre aussi imparfaite n'avait été aussi parfaite. La mort et le caprice à leur meilleur.
date de révision 05/13/2020
Jehanna Mccloe

"J'ai embrassé ta bouche, Jokanaan, j'ai embrassé ta bouche."
Exhale donc Salomé dans OWs célèbre-horrible pièce après avoir reçu sa tête sur un plateau d'argent. Avec ses diatribes religieuses, Jo était ennuyeux. Eve, Delilah, la femme de Lot - la Bible regarde les femmes brutalement tout en servant le sexe et le sadisme ceint d'idées inspirantes. L'extravagance OWs est avec humour adaptée par Ken Russell comme "La dernière danse de Salomé". Je me suis emmêlé dans ce méfait de Salomé après avoir vu la calamité titulaire de Rita Hayworth dans laquelle elle danse pour sauver la vie de Jo. Hollywood a ajouté un autre changement: Salomé devient un converti chrétien. Au fondu, elle est partie pour entendre le sermon sur la montagne.

Le drame OWs New Testament, qui a un culte académique, a intrigué Richard Wagner, Loie Fuller et Nazimova. Sur YT, vous pouvez trouver des extraits d'une version espagnole dans laquelle Jo puis Salome sont nus. Le fou de la Bible n'a pas de nom. Elle est simplement une "demoiselle" qui atterrit quelques vers. Flaubert l'appelle Salomé dans une histoire courte et elle a été célébrée par les symbolistes Gustave Moreau et Huysmans.

Cue Oscar, 1892. Il était arrogant sur le mouvement Art Nouveau-Symboliste. L'histoire d'un roi qui renoncerait à la moitié de ses richesses pour une expérience agréable l'attirait. OW combine le langage biblique enfantin et le discours turgescent avec l'idiome symboliste. C'est tellement exagéré que vous ne touchez jamais le fond.



date de révision 05/13/2020
Delwin Kappelmann

(Directement sur mon étagère Favs)
(Cette peinture de Moreau!)

"Je suis amoureux de ton corps! Ton corps est blanc comme les lis d'un champ que la tondeuse n'a jamais tondu. Ton corps est blanc comme les neiges qui se trouvent sur les montagnes, comme les neiges qui se trouvent sur les montagnes de Judée, et descends dans les vallées. Les roses du jardin de la reine d'Arabie ne sont pas aussi blanches que ton corps. Ni les roses du jardin de la reine d'Arabie, ni le jardin parfumé aux épices de la reine d'Arabie, ni les pieds de l'aurore quand ils éclairent sur les feuilles, ni le sein de la lune quand elle gît sur le sein de la mer ... Il n'y a rien au monde d'aussi blanc que ton corps. Laisse-moi toucher ton corps. "
date de révision 05/13/2020
Melise Feltham

J'adore la façon dont ce livre a été censuré lors de sa publication parce que les actions de Salomé étaient causées par ses désirs sexuels féminins, ce qui était difficile à imaginer à l'époque. Wilde était vraiment en avance sur son temps à bien des égards.

date de révision 05/13/2020
Erlin Zellner

La tragédie d'Hérode
1 Juillet 2019

C'est certainement tout à fait différent, bien que la suggestion était que Wilde voulait essayer quelque chose d'un peu plus difficile, et il l'a certainement fait - une pièce en français. En fait, c'est plus qu'une simple pièce de théâtre en français, notamment parce que c'est aussi un drame, et qui a clairement été calqué sur les pièces des Grecs anciens - à savoir qu'il s'agit essentiellement d'une pièce en un acte, et traite d'un personnage avec une faille tragique, à savoir Hérode le Tétrach.

L'histoire est probablement l'une de celles les plus familières, du moins pour ceux qui connaissent le Nouveau Testament. Il est basé sur l'histoire de la décapitation de Jean-Baptiste. Cela va dans le sens d'Hérode faisant enfermer John parce qu'il condamnait essentiellement Hérode pour avoir épousé la femme du frère d'Hérode (alors qu'il était encore en vie, je crois). Cependant, Hérode ne voulait vraiment pas l'exécuter parce que, eh bien, John étant un prophète et tout ça, il ne voulait vraiment pas se mettre du mauvais côté du peuple (pas que cela l'aurait autant affecté) ).

Alors, un jour lors d'une fête, sans doute après avoir bu un peu trop, il a demandé à sa belle-fille de danser pour lui, et quand sa belle-fille, Salomé, a refusé, il lui a dit qu'il lui donnerait tout ce qu'elle voulait. Eh bien, elle a dit: "La tête de Jean-Baptiste sur un plateau d'argent". C'est le problème des serments, vous vous ouvrez en quelque sorte à une situation très délicate.

Puisqu'il s'agit d'une pièce en un acte, la pièce entière se déroule en fait dans les cellules, ce qui est un peu étrange car on a l'impression que Hérode a décidé de prendre la fête en bas des escaliers. Là encore, lorsque vous écrivez comme un jeu comme celui-ci, vous avez tendance à être assez restreint, en particulier en ce qui concerne les trois unités - le temps, le lieu et l'action. C'est clair ce que Wilde essayait de réaliser ici, d'autant plus que les pièces françaises, du moins à l'époque de Racine et Molière, collaient très étroitement à ces unités.

Quoi qu'il en soit, la raison pour laquelle Salomé voulait la tête de John était parce qu'elle voulait que John lui donne un baiser, et ce n'est pas surprenant, étant un prophète et tout cela, John a refusé. Ensuite, il y a la danse, Wilde suggère que c'est la danse des sept voiles, bien qu'une partie de moi pense que cela peut être un peu anachronique (non pas que je sache réellement ce qu'est réellement la danse des sept voiles, mais je '' Je suis sûr que je peux le découvrir assez facilement - il se trouve que c'est quelque chose que Wilde a lui-même créé).

Oui, tout cela épousant la femme de son frère - c'est en quelque sorte autorisé par la loi juive, bien que techniquement ce ne soit pas tout à fait un mariage. L'idée était que si votre frère mourait sans laisser d'enfant, alors vous prendriez sa place et vous deviez fournir des enfants à la femme de votre frère, notamment pour que la lignée de votre frère puisse continuer. Personnellement, je ne pense pas que ce soit tout à fait le cas ici, à savoir parce que si c'était le cas, John aurait à peine pu piquer une tête et porter des accusations d'inceste.

Ouais, et avec cette histoire d'inceste, Wilde suggère qu'il a quelque chose pour Salomé (bien qu'elle ne soit pas sa fille de sang, mais quand même, cela semble un peu douteux). De toute évidence, nous avons également Herodias, qui se trouve être la femme d'Hérode, et oui, elle est en quelque sorte au courant des astuces d'Hérode, donc elle n'est vraiment pas du tout impressionnée. Je note également qu'elle était très satisfaite de la demande de Salomé car, eh bien, elle n'était pas particulièrement satisfaite de John non plus, vous savez, de tout ce qui la condamnait pour inceste.

Hérode est le personnage principal, et il apparaît certainement comme l'un de ces héros tragiques grecs. Il commence d'un peu arrogant, et d'une manière assez pleine de lui-même. Pourtant, il est clair que Salomé l'a quelque peu manipulé, notamment à cause de son désir de la voir danser, et au point qu'il était prêt à tout lui donner. Pourtant, lorsque la demande est venue, c'était quelque chose que nous savions que cela allait se produire, mais en partie, nous ne voulions pas que cela se produise. Sa réponse était digne des anciens eux-mêmes.

Cela s'est avéré être une très bonne pièce, dont je n'avais pas entendu parler auparavant, bien que, bien sûr, nous n'entendions généralement pas beaucoup de pièces de Wilde au-delà l'importance d'être sérieux. Cela nous confronte certainement au fait qu'il y a des moments où nous ferons des serments stupides simplement pour obtenir ce que nous voulons, seulement pour découvrir que nos serments sont revenus nous hanter. Je suppose que c'est pourquoi Christ nous a mis en garde contre de tels serments, car ce sont des choses dangereuses. Là encore, j'apprécie tout à fait le concept simple de laisser votre oui être oui et votre non être non.
date de révision 05/13/2020
Aleen Lazarine

Entre les mains d'Oscar Wilde, un récit biblique se transforme en prière au nom de la mort, du désir et de la beauté (plaisir). Salomé existe pour prouver à quel point le dramaturge était courageux de prendre un texte sacré et de le remodeler de cette façon.
Je dois dire que cette lecture a été vraiment étrange, mais précieuse. Surtout qu'il se sent différent du style d'Oscar Wilde que je connais.
---
Salomé, belle-fille d'Hérode le Tétrarque, un homme d'une autorité affreuse, et fille d'Hérodias, un exemple d'abominations et de péchés, tombe amoureuse d'Iokanaan, un homme au pouvoir ésotérique sur tout le monde, qui serait un prophète ou une réincarnation d'Ilias.

On peut dire que cet amour s'est produit à première vue. Salomé sort près des domestiques et des soldats et entend la voix d'Iokanaan prêcher contre elle et sa mère. La lune regarde les scènes, assoiffée de sang.

"Fille de l'adultère ... Maudite sois-tu! Fille d'une mère incestueuse, sois
tu maudit! "

Pour elle, cet homme incarne une beauté qu'elle n'avait jamais vue auparavant, enflamme une luxure insatiable, et il n'y a rien que Salomé ne ferait pour embrasser ses lèvres. [Et le seul homme à la rejeter, vraiment.]
Elle danse pour le Tétrarque, pieds nus, et se prépare à récolter l'âme de son briseur de cœur.
Enfin, la tête d'Iokanaan lui est présentée dans un chargeur en argent. À son grand choc, le Tétrarque la maudit et ordonne à ses soldats de la tuer.

Au final, les désirs de Salomé se réalisent; elle lève la tête de son «amant», l'embrasse et succombe à sa mort sanglante. "Mais qu'importe? Qu'importe? J'ai embrassé ta bouche"

"Eh bien, je savais que la lune cherchait une chose morte."


[Un tel fonceur, ce Salomé.]


Devis:
* "Dieu n'est à aucun moment caché. Il se montre en tout temps et en tout lieu. Dieu est dans le mal comme il est dans le bien."

* "Dans mon pays, il n'y a plus de dieux. Les Romains
les ont chassés. Il y en a qui disent qu’ils ont
se sont cachés dans les montagnes, mais je ne le crois pas. Trois
les nuits où je suis allé à la montagne les chercher partout. je
ne les ai pas trouvés, et enfin je les ai appelés par leurs noms, et
ils ne sont pas venus. Je pense qu'ils sont morts. "

* "LA CAPPA Pourtant, c'est une chose terrible d'étrangler un roi.
PREMIER SOL Pourquoi? Les rois n'ont qu'un cou, comme les autres. "

* "La lune a un aspect étrange ce soir. N'a-t-elle pas un
regard étrange? Elle est comme une folle, une folle qui est
cherche partout pour les amoureux. Elle est nue aussi. Elle est assez nue.
Les nuages ​​cherchent à habiller sa nudité, mais elle ne laissera pas
leur. Elle se montre nue dans le ciel. Elle dévale la
nuages ​​comme une femme ivre .... Je suis sûr qu'elle cherche des amoureux.
Ne tourne-t-elle pas comme une femme ivre? Elle est comme une folle,
n'est-ce pas? "..." Non; la lune est comme la lune, c'est tout. "

* "Cela me semble étrange. J'avais pensé que c'était le cas mais
Les philosophes romains qui se sont tués. "..." Ce sont les stoïciens. le
Les stoïciens sont des gens sans culture. Ce sont des gens ridicules. je
je les considère comme parfaitement ridicules. "
date de révision 05/13/2020
Alphonsine Szczepkowski

Cette revue et d'autres se trouvent sur Avis sur BW Book.

La première fois que je l'ai lu, je lui ai donné quatre étoiles. Et je ne sais pas pourquoi. C'est vraiment un jeu étrange. Très incohérent et répétitif, comme si personne n'entendait et le destin de tout. C'est très peu précis sur le plan historique. La langue était belle, mais je ne peux pas mettre le doigt sur la façon dont cela ne ressemblait pas à Wilde. Je pense que ma partie préférée était les contradictions tout au long de la pièce. Salomé avec John, son amour et sa haine pour lui et leur ressemblance physique. Hérode et la mort, comment il le craint, l'aime et le déteste.

Pourtant, une pièce de théâtre.

---

Un si petit, si petit livre. Eh bien, le livre audio, techniquement. C'était une production complète de cette pièce et je suis un peu triste de ne pas avoir écouté le dernier chapitre - qui était essentiellement les interprètes qui parlaient de la pièce - mais personne dans ma bibliothèque ne lit apparemment Oscar Wilde , il ne serait donc pas difficile de l'obtenir à nouveau. Il suit essentiellement l'exécution de Jean-Baptiste. Je n'ai peut-être pas lu toute la Bible, mais je connais la plupart des histoires principales et c'est l'une d'entre elles. Très divertissant et j'adorerais le relire à un moment donné, probablement avec plus d'analyse que cela ne l'est depuis que je l'ai écouté au travail pendant que j'expédiais. Très agréable et incroyablement complexe pour un travail aussi court.
date de révision 05/13/2020
Colville Carlisle

Le conte biblique classique a été décrit à plusieurs reprises, de différentes manières. Oscar Wilde n'est qu'un des nombreux auteurs qui ont vu le potentiel de la tragédie et qui se sont fait une histoire, comme une pièce de théâtre. L'histoire principale de la fille du tétrarque Hérode qui obtient la tête de Jean le Baptiste en échange de la danse, est la même. Mais les détails sont différents. Historiquement, Salomé était un personnage plus passif, mal défini, sans beaucoup de lignes. À l'origine, elle n'avait même pas de nom. Elle n'était qu'un prix à payer pour sa propre mère. Oscar Wilde a fait d'elle un individu, avec des pensées et des sentiments. Bien sûr, elle est toujours victime du patriarcat, mais elle a aussi un pouvoir qu'elle sait utiliser. Malheureusement, le seul pouvoir des femmes, dans la plupart des cas, était leur corps.

Salomé d'Oscar Wilde est un personnage intéressant. Elle n'est pas impuissante de la même manière que les autres versions, mais victime de son propre désir, de la même manière que Hérode est dépeinte. Elle utilise Hérode pour l'objectiver pour objectiver Jean-Baptiste. Elle fait tout pour enfin pouvoir l'embrasser - ou l'abuser. Cette version est plus sur la convoitise et la volonté de Salomé que sur la convoitise d'Hérode et Herodias. Dans cette version, c'est Salomé qui veut la tête de Jean-Baptiste. Puisqu'elle ne peut pas le maîtriser dans la vie, cela doit être dans la mort. Il n'y a pas de plateau d'argent. Comme un conquérant brutal, Salomé saisit sa tête coupée et l'embrasse. De cette façon, le rôle de Salomé n'est pas passif, mais actif, compliqué, vengeur et impitoyable. Cependant, à la fin, on pourrait spéculer sur le personnage le plus puissant.

La prose d'Oscar Wilde n'est pas aussi riche et pleine d'esprit que d'habitude. Que ce soit un choix délibéré ou non n'est pas clair, mais Salomé ne devrait pas être sur la prose. C'est un conte simple avec de nombreux thèmes et modes d'interprétation compliqués.
date de révision 05/13/2020
Wait Mahal

(À lire dans le Oeuvres complètes d'Oscar Wilde.)

C'était mignon! Donc, le beau-père Hérode est un vieil homme sale, étant tout lascif et truc envers Salomé et voulant qu'elle danse pour lui. Il y a beaucoup de "Non, je ne veux pas" et beaucoup de la mère de Salomé, Herodius, disant "Non, ne la fais pas". En fin de compte, elle le fait, mais insiste sur le fait que, lorsqu'elle le fera, elle veut que la tête de Jokanaan (alias Jean-Baptiste) lui soit apportée sur un plateau dont Herodius était tout, "Ouais, FAITES-LE".

Quand tu es un vieil homme sale, de mauvaises choses arrivent.

Ce jeu est différent de la plupart des autres de Wilde. En plus d'être une tragédie (et non une satire comme les autres que j'ai lues jusqu'à présent), elle se déroule en un seul acte. C'est rapide, mais il n'y a pas beaucoup de remplissage nécessaire pour ce jeu car c'est assez simple.

J'ai toujours aimé l'histoire de Salomé, et c'est une belle version de celle-ci. C'est plus qu'une histoire d'un amant repoussé, et même si Wilde aurait pu illustrer cela un peu plus que lui, sa version n'est certainement pas un éternuement.
date de révision 05/13/2020
Maida Satiago

J'ai toujours pensé que Salomé était étrange. Quand j'ai lu la décapitation de Jean-Baptiste dans la Bible, j'ai pensé qu'Hérode ignorait la nature trompeuse de sa femme. Salomé est la version emporte-pièce de sa mère et ensemble, ils trompent leur père pour qu'il tue un homme de Dieu. Oscar développe son personnage dans cette pièce et montre vraiment le mal d'Hérode et de sa famille.
date de révision 05/13/2020
Zina Marcus

... Je ne sais pas ce que Wilde avait en tête avant d'écrire ce livre ... il apparaît plus comme une histoire racontée et manque complètement d'éléments d'esprit subtil et d'humour, Wilde est connu pour ...
date de révision 05/13/2020
Marvin Zarucki

3.5 étoiles - J'ai bien aimé, mais j'ai senti qu'elle était écourtée, ce n'était qu'une pièce en un acte. Il y avait beaucoup plus de potentiel de développement que j'aurais aimé voir.
date de révision 05/13/2020
Chrystal Feldmann

Démarre lentement mais vous aspire dans son obscurité au clair de lune et vous permet de mijoter dans le sens de votre propre destin. Je dirais sur la base de Salomé que Wilde fait encore mieux la tragédie que la comédie.

C'est comme avoir un rêve - un cauchemar, vraiment - vous le ressentez si inconsciemment. Vous savez que cela n'a pas vraiment de sens, mais c'est pourquoi tout y est encore plus menaçant, car il est incompréhensible et illogique et donc imprévisible et dangereux.

Laisser un avis pour Salomé