Page d'accueil > HistoricalFiction > Fiction > Historique > The Long Song Évaluation

The Long Song

Par Andrea Levy
Avis: 18 | Évaluation globale: Médias
Lauréat du prix
2
Bien
8
Médias
3
Le mal
3
Terrible
2
Tu ne me connais pas encore. Mon fils Thomas, qui publie ce livre, me dit qu'il est d'usage à cet endroit dans un roman de donner au lecteur un petit avant-goût de l'histoire qui se déroule dans ces pages. En tant que conteur, je dois dire que ce conte se déroule en Jamaïque au cours des dernières années turbulentes d'esclavage et des premières années de liberté qui ont suivi. Juillet est un esclave

Avis

date de révision 05/13/2020
Latonia Engle

The Long Song est une histoire profondément émouvante, mais ce n'est pas ce qui est dit qui est le plus efficace. En effet, c'est ce qui n'est pas dit qui est l'aspect le plus puissant et le plus intense de la réflexion du livre.

L'histoire commence avec une mère âgée (juillet) qui raconte son histoire à son fils. À son tour, il écrit le livre que nous avons devant nous. Tout ce qu'elle dit vient donc de lui sur la page. Bien que, nous supposons, il reste relativement proche de son récit, il est filtré à travers lui. Il ne changerait pas les faits à proprement parler, bien qu'il puisse les présenter de la manière qu'il juge la plus appropriée. Les deux discutent longuement de cela au cours de quelques intermèdes, et certains aspects du livre sont clairement racontés de la manière que juillet souhaite qu'ils soient. Mais jusqu'où le reste du livre est une représentation fidèle de ses mots est impossible à dire.

Il y a trois niveaux de narration, et parfois quatre où July puise dans la mémoire d'autres personnages. Appeler cela un livre qui teste les limites d'une narration peu fiable serait invoquer un euphémisme. Mais la mémoire peut être égoïste et July utilise son imagination pour combler les lacunes de la narration. Elle parle d'événements dont elle n'a pas été témoin comme si elle était là. Elle est au courant de faits qu'elle n'aurait jamais connus. Donc, si elle peut faire tout cela, dans quelle mesure sa propre histoire peut-elle vraiment faire confiance pour être exacte?

C'est difficile à dire. Il y a de nombreuses lacunes dans le récit. Le récit de juillet commence par l'histoire de la façon dont elle a été adoptée (prise serait un mot plus approprié) dans la société blanche. Elle et sa mère étaient esclaves, et un jour une femme blanche a aimé le look de juillet alors elle a pensé qu'elle l'aurait comme animal de compagnie. Elle l'a prise à sa mère, qui n'avait pas son mot à dire dans l'événement, et l'a gardée avec elle comme une sorte de servante. Juillet a alors développé un état psychologique complexe. C'était une femme noire agissant comme une femme blanche raciste, une fois de plus évocatrice des idées Peaux noires, masques blancs.

Après qu'un nouveau surveillant arrive et qu'un triangle amoureux se développe, a suivi récemment mon massacre et ma tragédie, juillet avance ensuite d'une vingtaine d'années et nous n'apprenons jamais ce qui est arrivé à juillet pendant cette période, même si nous pouvons présumer que ce n'était pas très agréable . Elle ne souhaite pas en parler après tout. Nous avons donc une demi-histoire, une histoire de l'injustice ressentie par une femme dans un tel monde. Nous voyons la fin de l'esclavage et la véritable transition que les esclaves ont ressentie par la suite. Bien qu'ils aient eu plus de liberté, le servage ne s'est pas terminé du jour au lendemain. Levy plonge profondément dans les questions historiques de l'époque et fait connaître cette partie de l'histoire, l'histoire de l'esclave des Caraïbes.

Levy joue avec le langage et les attentes narratives traditionnelles pour créer une histoire qui est exactement ce que son personnage veut qu'elle soit. Elle choisit les événements qu'elle va raconter, et c'est à nous d'en vérifier l'exactitude. Parfois, cela semblait délibérément cinématographique; c'était comme si c'était écrit pour l'écran. Et ce n'est pas une mauvaise chose. Je pense que cela ferait un excellent film car c'est certainement un roman historique très créatif et très efficace.
date de révision 05/13/2020
Zorina Devan

4.25 étoiles
Suite à Small Island; c'est un autre roman historique et cette fois Levy regarde ses racines jamaïcaines retracer les derniers jours de l'esclavage sur l'île. Il est raconté par July, un ancien esclave, et commence vers 1831 au moment de ce qui était connu comme la révolte baptiste et va jusqu'à la fin de l'esclavage à la fin des années 1830. July raconte son histoire dans la vieillesse alors qu'elle vit avec son fils Thomas. Le roman est l'histoire de sa jeunesse dans une plantation appelée Amity. Bien que narré en juillet, il est édité par Thomas et il y a une interaction périodique entre les deux qui donne parfois à l'histoire une sensation un peu étrange.
July se décrit comme une mulâtre; son père était blanc, surveillant et a violé sa mère. Elle a été enlevée à sa mère alors qu'elle était encore jeune pour devenir l'animal de compagnie, puis la femme de chambre de Caroline Mortimer, la sœur insipide et stupide du propriétaire de la plantation. Un nouveau surveillant, Robert Goodwin, arrive avec de bonnes intentions et une éducation chrétienne. Il entend montrer qu'après l'esclavage, la plantation peut être gérée de manière humaine. La cartographie de sa chute à plusieurs niveaux est fascinante. Il finit par être aussi cruel que ses prédécesseurs. L'histoire est tissée autour d'événements réels.
Raconter toute histoire d'esclavage va être difficile et contenir des horreurs; et c'est certainement le cas. Cependant, le personnage de July est irrépressible et injecte un fort élément comique dans le roman. Il est toujours question ici de savoir si juillet est un narrateur entièrement fiable. Cela et l'humour contrebalancé par le fond de l'esclavage créent une sensation inhabituelle. L'humour est parfois pythonesque; en même temps, les critiques l'ont également décrit comme une comédie des mœurs. Il y a aussi une touche Upstairs / Downstairs à ce sujet lorsque nous voyons les deux mondes; esclaves et maîtres fonctionnant en parallèle.
Le cadre jamaïcain donne une impression assez différente aux romans américains sur l'esclavage. En Jamaïque, la population blanche était très petite et relativement nouvelle venue. Cela a conduit les relations dans les plantations à changer de différentes manières; avec les deux côtés ayant la capacité de se nuire.
C'est un bon roman avec des personnages bien dessinés (surtout juillet); il n'a pas, pour moi, le pouvoir de livres comme Beloved et il y a des irritations avec la structure. Néanmoins, il vaut la peine d'être lu pour son accent particulier sur les femmes dans l'histoire.
date de révision 05/13/2020
Lallage Sinatra

Ce fut une énorme déception pour moi.
J'ai trouvé la représentation des esclaves jamaïcains noirs vraiment insultante. Leur sort et leur chemin vers la liberté est un thème central, mais ils n'ont pas besoin d'être présentés de manière si dégradante.

L'écriture est verbeuse et alambiquée. Arriver au point. Je ne veux pas parcourir tous ces mots pour comprendre l'essentiel de l'histoire.

Les personnages, ils étaient tous très peu attrayants. Pas seulement désagréable, carrément méprisable. Les blancs comme les noirs.

Si vous cherchez un peu d'humour, ne cherchez pas ici.

Voici ce qui m'a le plus dérangé. Chaque action et même chaque phrase reflétait une intention cachée et subversive. Personne et rien de ce qui s'est passé n'est présenté honnêtement. Chaque action avait un sens caché, toujours malhonnête et souvent cruel ou méchant. Je dis, si vous détestez quelqu'un, dites-lui et / ou donnez-lui un coup de poing, mais ne faites pas quelque chose qui semble amical mais qui fait en fait mal. Je veux la méchanceté et la colère d'avance, pas cachées et non déguisées!

J'ai fini le livre. Après de nombreux mensonges et de faux départs, j'ai finalement découvert comment les gens étaient liés et ce qui est arrivé à chacun, mais quel long voyage fastidieux et désagréable!
date de révision 05/13/2020
Winwaloe Fedel

Le roman précédent de Levy, "Small Island", est à juste titre considéré comme un chef-d'œuvre, et avec "The Long Song", elle est revenue au niveau de la narration qui lui a valu le prix Orange en 2004. Son héroïne raconte le début de la fin de l'esclavage en Jamaïque, atteignant un point culminant avec la guerre baptiste de 1831, lorsque des hommes et des femmes esclaves combattirent leurs esclavagistes pendant 10 jours. Il est clair que Levy a fait ses recherches, mais ce travail n'empiète jamais sur le récit, qui voyage à un rythme désinvolte. L'humour rusé de Levy nage juste sous la surface des eaux les plus perfides. (Par exemple, un suicide choquant est précédé d'une farce délicieuse.) Son refus de réduire ses personnages à leur simple souffrance ne banalise pas l'expérience de l'esclavage, mais souligne l'humanité de toutes les personnes impliquées.
date de révision 05/13/2020
Marge Calvelo

C'est si profond, si triste, si déchirant, malgré sa nuance ludique. La force du livre ne repose pas uniquement sur l'habileté du narrateur (elle oscille entre narrateur fiable et peu fiable) mais sur la diversité des personnages écrits. Amity, la ferme de canne à sucre sur laquelle est basé ce conte sombre, semble être une installation simple et banale, et ses propriétaires et les esclaves semblent assez simples, mais leur histoire est très profonde, en particulier juste au moment où l'esclavage est aboli et les esclaves deviennent des hommes et des femmes "libres". L'histoire se concentre sur une esclave nommée July, ou Miss July, ou Marguerite, qui se trouve être la narratrice du livre, et comment elle est née, arrachée à sa mère et accordée comme servante à Caroline, la sœur de la Massa de la ferme. Son histoire est à la fois comique et tragique, pleine d'amour, de haine, de trahison et de perte de foi. Ce qui est surprenant, c'est que tout ce qui lui arrive semble toujours vous surprendre et ne vous ennuie jamais, telle est la grande prouesse d'écriture d'Andrea Levy, c'est ce qui fait de ce livre un si grand livre.
date de révision 05/13/2020
Nee Pillo

Je voulais vraiment aimer Andrea Levy The Long Song. Le sujet est intéressant - les dernières années d'esclavage en Jamaïque dans les années 1820-30 - et le roman exceptionnel de Levy en 2004 Ilot était l'un de mes romans britanniques préférés des années 2000.

The Long Song J'ai trouvé étrangement incompétent pour quelqu'un qui a écrit un roman aussi accompli que Ilot. Si je l'avais lu «à froid», sans connaître le nom de l'auteur, j'aurais pu le juger du travail d'un romancier prometteur (-ish) pour la première fois avec beaucoup à apprendre.

Le roman s'appuie fortement sur la réponse positive du lecteur à son narrateur, Miss July, une jeune femme esclave employée comme femme de chambre. Levy travaille dur pour rendre juillet engageant («Sa bouche pleine avait encore ce virage espiègle dans ses coins, où un conte ironique ou une vérité de grande taille semblait sur le point de s'échapper»); mais elle n'a pas fonctionné pour moi, et il n'y a pas grand-chose d'autre pour les lecteurs sur le plan de la caractérisation s'ils ne se lient pas à juillet. Les personnages blancs sont tous à peu près des caricatures, en particulier l'employeur de tête de pont de juillet, Caroline Mortimer, qui occupe beaucoup trop de biens dans le roman; et les caractères noirs sont à peine esquissés.

Cela semblait une grande honte, car il y avait une histoire intéressante à raconter ici. Au centre du roman se trouve l'épisode historique de la rébellion baptiste de 1831, lorsque des esclaves jamaïcains se sont levés et ont tenté de s'emparer de leur liberté par la force quelques années avant l'émancipation. J'ai lu ça en ligne après avoir fini The Long Song, et c'est une micro-tranche fascinante de l'histoire. The Long Song le met en scène comme quelque chose de presque périphérique à l'action du roman, et il n'y a aucune tentative de dépeindre la construction idéologique de la rébellion; nous le voyons juste se produire soudainement, presque de nulle part. Cela peut être réaliste - de nombreux témoins d'événements historiques importants ne sont pas des observateurs particulièrement politisés et informés - mais il existe encore des façons brillantes de `` faire '' les marges de l'histoire (comme le traitement de Thackeray de Waterloo, le plus célèbre). Levy le laisse vraiment tomber à plat.

Il y a aussi des problèmes structurels dans le livre (nous obtenons un long passage vers la fin sur la vie du fils de juillet en Angleterre, ce qui est intéressant en soi, mais arrive beaucoup trop tard dans le roman pour être correctement intégré); et l'écriture est parfois étrangement lumpen, en particulier le dialogue ("Je suis prêt pour eux s'il y a des problèmes. Bonne chance de remettre tous ces nègres à leur place"). J'espère que ce roman à moitié cuit n'empêchera aucun lecteur d'essayer Petite île. Ce serait vraiment dommage si tel était le cas.
date de révision 05/13/2020
Hunter Rummerfield

Je suis venu à «The Long Song» après avoir vraiment apprécié «Small Island» d'Andrea Levy. Mes attentes étaient élevées et elle ne s'est pas contentée de les égaler mais de les dépasser. Son secret est de trouver la bonne voix pour l'histoire, et en juillet, l'esclave, elle a trouvé quelqu'un pour nous conduire à travers les années d'esclavage et (soi-disant) liberté pour les Noirs en Jamaïque avec juste la bonne quantité d'irrévérence à nier. son statut de victime, et un esprit indigène instinctif pour contrebalancer la misère, ou plutôt pour lui donner une perspective très individuelle.

Levy admet dans ses propres notes sur l'écriture du roman à la difficulté anticipée d'écrire sur l'esclavage "sans que cela se transforme en une histoire poignante de violence et de misère". July est née de cette anxiété comme réponse. En tant que narratrice, elle n'est pas fiable, borgne et parfois mensongère, ce qui est paradoxalement pourquoi nous faisons confiance à sa version des événements au-dessus de la vue de l'historien blanc orthodoxe. Elle ne s'intéresse pas trop aux détails historiques (bien que l'auteur ait des appareils intelligents pour nous en donner autant que nous en avons besoin) préférant laisser l'histoire se dérouler pour nous à travers ses expériences et ses relations. Elle se fait souvent des illusions, réussit parfois à nous duper et nous l'aimons pour cela.

Vous pourriez être surpris, compte tenu du sujet, quand je vous dis que c'est à bien des égards un roman très comique. L'interprétation de juillet des faiblesses de sa maîtresse Caroline, par exemple, est parfois pure Fielding, tout comme la relation de juillet avec son propre fils, Thomas, qui est présenté comme l'éditeur de son histoire et avec qui elle a un dialogue récurrent sur sa version de événements. Le discours écrit de l'esclave jamaïcain éduqué tardivement est une autre source d'amusement, de la même manière que Huck Finn nous fait sourire en racontant son histoire à la manière du Mississippi. Levy écrit avec l'oreille aussi bien que Mark Twain.

Malgré tout ce que nous recevons en juillet, nous ne perdons jamais de vue son courage, sa ténacité, son esprit d'affirmation de la vie, et à travers eux, nous voyons les qualités que tous ceux qui ont survécu et finalement prospéré dans cette période difficile devaient avoir en abondance. Levy ne manque jamais de faire passer son message clairement. Qu'elle puisse le faire sans un soupçon de didactisme ou de sentimentalité exagérée en dit long sur sa capacité d'écrivain de notre temps et de notre passé parfois peu glorieux.

Le critique David Williams a un blog d'écrivain régulier http://writerinthenorth.blogspot.com
date de révision 05/13/2020
Perlis Tinkham

Je dois commencer par dire qu'Andrea Levy est l'un de mes auteurs préférés. Son écriture est toujours aussi belle et je n'ai pas été surpris d'apprendre que The Long Song était finaliste de Man Booker en 2010.
July est un esclave né dans une plantation de canne à sucre en Jamaïque et c'est July qui nous guide à travers la vie d'esclave dans la plantation. Juillet est certainement un personnage intéressant. Complètement peu fiable depuis le début, pleine d'esprit, vivace et parle de son esprit - je ne pouvais pas décider si je l'aimais ou pas d'une page à l'autre, mais elle raconte une histoire intéressante. Le double récit des personnes âgées de juillet allège un peu la charge de sorte que le livre donne les faits historiques sans être trop profond.
Ce n'est peut-être pas le meilleur roman de fiction historique sur l'esclavage, mais je l'ai quand même apprécié. 4 étoiles!
date de révision 05/13/2020
Cudlip Rettstatt

The Long Song est l'un de ces livres de fiction qui offre une image plus claire d'une époque historique particulière que n'importe quel livre d'histoire. Dans ce cas, il s'agit des dernières années d'esclavage en Jamaïque et l'histoire se déroule du point de vue d'un enfant né en esclavage qui vit jusqu'à la fin de l'esclavage.

Sans vouloir dévoiler trop l'histoire, il y a une scène particulière qui était angoissante. L'enfant July et sa mère se dirigent vers les champs lorsque le propriétaire de la plantation et sa sœur, une femme dont le fou rire digne devient quelque chose de monstre avec un pouvoir absolu, les rencontrent. La sœur nouvellement veuve prend lentement une fantaisie à la petite fille et décide à la fin de la réunion de la prendre comme sienne. Entre les mains d'Andrea Levy, l'écriture de ce vu est une question de fait, mais devient une peur incroyable alors que la curiosité d'un enfant, la prise de conscience croissante de la mère vient s'écraser contre un acte fantaisiste d'inhumanité de la part des propriétaires des plantations qui ne donnent aucune plus pensé à l'enlèvement que quelqu'un prenant un chaton. Le tout, couronné par les propriétaires de plantations, a discuté sans passion des qualités professionnelles de ses esclaves. Pour moi, cette scène a fait revivre l'histoire de l'esclavage d'une manière qui vous rend plus sage d'une manière que cent récitations des faits seraient incapables de faire. Dans la capacité de prendre l'histoire et de la rendre relatable en montrant les effets sur les humains de tous les jours, cela m'a rappelé "A Fine Balance" de Rohinton Mistry.

Il y a quelques verrues dans le livre, en particulier l'interaction entre la narratrice et son fils qui apprécient mais dans l'ensemble une excellente lecture.
date de révision 05/13/2020
Rambort Lykken

Quel roman étonnant, et un développement naturel du travail de l'auteur alors qu'elle aussi venait revendiquer sa propre ascendance et s'éveillait à qui elle était, sa famille et comment ils étaient tous perçus. Je l'ai aimé. C'est totalement unique, raconte-t-elle de l'intérieur et de l'extérieur, dans l'histoire et en revenant sur l'histoire de la vie d'une fille nommée July, la fille d'un esclave noir et d'un surveillant blanc dans une plantation en Jamaïque.
Seulement, elle a supprimé tous les oeillères, et pénètre à l'intérieur de ses personnages et leur montre des verrues et tout, ce qui rend cette lecture inconfortable parfois et pourtant plus réaliste que la plupart. Car même ceux qui étaient bien intentionnés étaient le produit de leur temps et du privilège blanc.
Elle parvient à partager l'histoire avec beaucoup d'humour et un dégoût fréquent. Personne n'est à l'abri de ses personnages déshabillés et montrant leur vrai moi. Il n'y a donc pas de volupté de fantaisie, de fin heureuse ou de violence gratuite, bien qu'il y ait peut-être un personnage qui parvienne à s'élever au-dessus des autres, mais il a été abandonné à la naissance, donc il le mérite.
Il est triste de penser que ses jours de narration sont terminés, mais les trois œuvres que j'ai lues sont une incarnation brillante de voir à travers l'objectif d'une vie imaginée et vécue, la fille d'immigrants jamaïcains vivant en Grande-Bretagne, qui ont connu et imaginé la l'histoire et la vie potentielle de ses ancêtres.
date de révision 05/13/2020
Narcis Degro

Avec un vif intérêt pour l'écriture des femmes des Caraïbes et la perspective féminine de l'esclavage, je voulais lire Andrea Levy depuis longtemps. Compte tenu de mes intérêts personnels, son cinquième roman "The Long Song" semblait être un bon point de départ. Pourtant, en dépit d'être une lecture engageante et bien conçue à la fin, j'étais en quelque sorte laissé à désirer. Notre narratrice quelque peu incertaine, Mlle July, elle-même une esclave jamaïcaine du XIXe siècle maintenant libre de raconter son histoire avec l'aide éditoriale de son fils autrefois éloigné Thomas, demande à la fin de son récit: "Dois-je vous montrer le problème que ces nègres libres avaient à supporter?" et ma réponse écrasante a été "Oui". Ne vous méprenez pas, dans les premières parties du récit, il y a des scènes de cruauté et de brutalité convaincantes, et même si je ne voulais pas que Levy s'y attarde (c'est l'histoire du voyage de Miss July vers la liberté après tout) I J'ai trouvé l'histoire dans son ensemble un peu trop légère et cela ne m'a pas fait bouger comme je l'espérais. D'un autre côté, j'adore la fictive Miss July pour sa voix magnifiquement dynamique et son patois sans vergogne, et pour avoir raconté et écrit sa "longue chanson" comme la sienne, et ne pas succomber aux lecteurs (comme moi) qui auraient pu vouloir qu'elle le raconte légèrement différemment. Levy lui permet d'écrire sa propre "histoire" et donc elle-même dans l'histoire
date de révision 05/13/2020
Waechter Hobday

«The Long Song» est l'histoire d'une femme nommée July, qui écrit un mémoire sur sa vie en Jamaïque à l'époque des esclaves du XIXe siècle. Elle est prise à sa mère Kitty à l'âge de 19 ans à la demande de la sœur du propriétaire de la plantation, Caroline Mortimer. La position de July à la maison principale d'Amity Plantation en tant que femme de chambre personnelle de Caroline était pleine de dur labeur; ses leçons apprises au cours des premières années ont été tout aussi difficiles, malgré le fait qu'elle ait échappé au travail laborieux et aux abus associés aux champs de canne à sucre.

On pourrait penser qu'avec un roman monté dans le contexte de l'ère esclavagiste historique de la Jamaïque, il y aurait les ingrédients d'une grande histoire. Curieusement, le contenu et la manière dont ce roman est écrit sont tous deux une énorme déception! La pléthore de personnages est peu développée les rendant sans profondeur et sans intérêt. July, Caroline Mortimar, Kitty, Dewar, Godfrey, tout semblait si générique ... Rien à leur sujet ne les distinguait de tout le reste. Ce roman aurait dû être tellement mieux ... AGH!

De brèves interjections de juillet et de son fils, Thomas, semblent trop souvent nous guider et l'histoire, ou en manquer, tout en ne créant que de la gêne. C'est assez semblable à ce que l'on ressent en écoutant une "chanson" qui manque de lustre sur un disque qui saute, ruinant le très petit flux avec lequel il devait commencer.

À mi-chemin, je n'ai pas pu être poussé à aller plus loin. Heureusement, juillet nous donne en fait la permission de mettre un terme à notre agonie… "Je ne peux pas aller plus loin! Lecteur, mon histoire est finie. Fermez ce livre et passez votre journée ..." Et je l'ai fait ! Je n'ai aucun intérêt à lire sur son fils, ni à revivre la plantation en tant qu'esclave libre… D'accord, d'accord, alors j'ai lu un peu plus!

Le titre de ce livre peut être «The Long Song», il a peut-être reçu des critiques élogieuses et des récompenses; cependant, cela me fait me demander… Est-ce que tous ces gens sont sourds, car Andrea Levy n'a sûrement pas chanté une bonne "chanson" ici.
date de révision 05/13/2020
Heman Weenum

Bien que je n'aimais pas autant The Long Song que Small Island, j'étais toujours complètement fasciné par la puissante narration et les personnages mémorables de Levy, dans ce livre s'éloignant de son cadre britannique habituel et nous emmenant dans les plantations de canne à sucre de la Jamaïque . Situé au cours des dernières années d'esclavage, The Long Song suit le voyage de juillet, de son enfance où elle est cruellement arrachée à sa mère pour le plaisir de la sœur du propriétaire de la plantation, à travers son adolescence parsemée d'actes de défi, jusqu'à l'âge adulte et une relation délicate.
.
J'ai adoré la structure narrative de Levy dans celui-ci, car elle vous fait vraiment penser à la narration en tant qu'acte et à quel point nous pouvons faire confiance aux comptes écrits. Il est écrit comme si July elle-même écrivait un livre de sa vie, et à travers des sections `` écrites '' par son fils Thomas, nous pouvons voir comment July pourrait vouloir censurer ou modifier son propre récit.
.
Dans une postface perspicace, Levy explique que même si elle ne voulait pas initialement écrire un roman sur l'esclavage en Jamaïque, ce serait inévitablement une histoire horrible à écrire. Mais lors d'une conférence, une fille dans le public a demandé comment elle pouvait être fière de ses racines jamaïcaines lorsque tous ses ancêtres étaient esclaves, et Levy s'est sentie obligée de raconter, non pas l'histoire poignante de l'esclavage, mais l'histoire d'une courageuse et provocante. jeune femme qui a survécu à ces horreurs. Bien qu'elle ait fait ses recherches, le manque de textes écrits en noir par ceux qui l'ont vécu signifiait qu'une grande partie de son livre devait provenir de son imagination, pour donner vie aux histoires de ceux qui ont longtemps été réduits au silence par l'histoire.
.
Une lecture convaincante, riche et émouvante!
date de révision 05/13/2020
Starbuck Fritzman

J'ai aimé l'histoire mère-fille de deux femmes qui ont grandi en tant qu'esclaves et les choses cruelles qu'elles ont dû endurer. En fait, c'est la première scène avec Kitty qui m'a vraiment attiré vers le livre. Plus tard, la fille de Kitty, July (le personnage principal) est présentée, avec Caroline (sa maîtresse). L'utilisation du dialecte a ajouté juste assez d'épices au livre. Une partie du livre capture également la Proclamation d'émancipation - une touche bien ajoutée.

À mi-chemin cependant, les choses deviennent confuses avec l'introduction de trop de personnages qui jouent des rôles mineurs. Ce n'est que p. 160 avant de comprendre comment le narrateur est lié à l'histoire. Il semblait que la majeure partie de l'histoire aurait dû rester avec ces trois femmes, et le narrateur aurait dû être Thomas Kinsman et non sa mère.

Bien que j'apprécie le placement de July dans l'histoire, je voulais voir plus de sa mère, Kitty. Et Caroline était trop ordinaire, rien de spécial dans son personnage (jusqu'à un tout petit peu à la fin). J'aurais adoré en savoir plus sur Thomas.
date de révision 05/13/2020
Pulling Cagley

Malgré la haine du personnage principal, July, car je pense qu'elle était une gamine gâtée qui n'appréciait pas ce qui lui avait été donné, je ne pouvais m'empêcher d'avoir pitié d'elle. Elle a mené une vie difficile, car ses choix lui ont été retirés avant même sa naissance - même si certains des choix qu'elle pouvait faire n'étaient pas les meilleurs. Mais il ne faut pas juger, surtout s'il n'a jamais vécu une situation similaire.

La chose la plus triste est de penser que cette histoire s'est produite au 19ème siècle, en Jamaïque, pendant la guerre baptiste, lorsque les esclaves ont riposté et ont pris ce qui leur appartenait légitimement, et encore aujourd'hui, au 21ème siècle, le racisme est toujours très présent dans notre monde, pas seulement envers les Noirs, mais envers quiconque est considéré comme "différent".
date de révision 05/13/2020
Anett Gajate

À mon avis, Andrea Levy est un écrivain assez talentueux. Ma première expérience a été "Small Island", à laquelle j'ai décerné 5 étoiles. Il doit y avoir quelque chose d'exceptionnel pour moi de donner une telle distinction, malheureusement, "The Long Song" a livré une histoire qui était assez moyenne à mon avis, bien que je pense que cela aurait pu être mieux, si elle avait fait certaines choses différemment. Franchement, je doute dans cinquante livres à partir de maintenant, je me souviendrai peu de cette histoire.

Le talent de Mme Levy a brillé en ce qui concerne son langage descriptif. Je pouvais imaginer tout ce qu'elle décrivait et me sentais comme si je me souvenais de ma dernière visite sur la propriété d'Amity, la plantation, où July est né en Jamaïque au début des années 1800. Au début, nous ne savons pas exactement qui raconte l'histoire ou même son nom (ce que l'auteur a fait très intentionnellement, bien que son objectif ne soit pas atteint dans son intégralité). La perspective dans la narration changeait fréquemment, ce qui, franchement, je pensais que ce n'était pas essentiel pour l'histoire racontée. Principalement, afin que le lecteur puisse se rendre compte que les expériences de juillet avaient causé un traumatisme au niveau de la dissociation possible, où la partie blessée se déconnecte de sa réponse émotionnelle car il est dangereux (physiquement et / ou émotionnellement) pour la victime de traiter le traumatisme tel qu'il est passe. Levy a peut-être atteint cet objectif avec certains lecteurs, qui ont connu une dissociation ou connaissent quelqu'un qui l'a fait. Sa livraison peut être subtile pour ceux qui ne sont pas familiers ou déroutant pour les autres. Je pense que cela aurait été plus puissant si elle avait dirigé cette information vers quelqu'un d'autre que celui qu'elle avait choisi dans l'histoire, bien que son choix était logique.

Ce qui m'amène à la préoccupation suivante, franchement, je ne me suis connecté à aucun des personnages de l'histoire. Je voulais vraiment le faire. Bien que juillet essaie de faire de la limonade la valeur de sa vie de citrons. Son spin ne semble pas vrai. Elle a beaucoup souffert, mais elle ne semble pas touchée.

Le plus inquiétant de tous, c'est qu'une sous-intrigue majeure a été lancée et plus jamais. Si cet "événement" était arrivé à une personne réelle, je ne peux pas imaginer qu'ils n'y auraient pas réfléchi ou mentionné davantage. Pour terminer l'histoire sans même cette intrigue secondaire, même un signe de tête était extrêmement insatisfaisant.

Franchement, je suis plutôt surpris que l'éditeur n'ait pas exigé au moins de donner au lecteur une raison, pourquoi cette intrigue secondaire n'a pas été résolue comme une contingence pour la publication et la sortie du livre. Je pense que c'est une inclusion nécessaire! Je ne suis pas un, qui veut que tout soit résolu avec tous les problèmes résolus et attaché avec un joli arc. Cependant, dans cette histoire, je ne m'attendais pas à ce qu'elle soit oubliée! C'était aussi vital pour moi que la mie de pain oubliée de l'inclusion dans un pain de viande. (voir spoiler)[July avait eu une histoire d'amour intense avec son patron blanc, Robert. Leur enfant hors mariage, Emily a favorisé l'apparence de son père, principalement ses traits de race blanche. Robert adore juillet et Emily. Au fur et à mesure que l'histoire progresse, Robert change sa perception des "negros", et par conséquent, cela le conduit à repousser juillet. Il kidnappe Emily quelques instants avant le départ de son navire pour l'Angleterre. Pendant ce temps, le fils de July, Thomas (d'une relation différente), a été élevé en Angleterre. Thomas y avait même une entreprise. Cependant, il n'est fait mention d'aucune tentative de juillet pour demander l'aide de Thomas pour localiser Emily. Quelle mère aimante n'aurait pas voulu se reconnecter? Elle savait même où habitait la famille de Robert. Pourtant, nous n'avons jamais entendu parler d'Emily après son vol!? (cacher le spoiler)]

Sur la base de la structure de cette histoire, la partie "oubliée" de l'histoire de juillet est essentielle pour le reste de l'histoire. Pourquoi un auteur jugerait bon de rejeter un point de l'intrigue n'a aucun sens pour moi. Je pense que la plupart des femmes lecteurs se poseraient la question. J'ai vu au moins un autre critique mentionnant sa déception à ce sujet également. Si c'est sur votre TBR, vous voudrez peut-être reconsidérer. Je doute que je lirai quoi que ce soit de Levy à l'avenir, sauf si je suis sûr qu'elle n'a rien oublié d'important.
date de révision 05/13/2020
Malin Ascensio

Je suis, et vous devez tous aussi en avoir marre d'avoir à écrire des critiques qui sont principalement négatives. J'aime lire et est-ce trop demander un livre qui ravit les jouisseurs?

Hélas.

Quoi qu'il en soit, The Long Song avait une histoire intéressante. En fait, je vais changer ça, ça avait le potentiel d'être une très bonne histoire. Malheureusement, la nattative de juillet et son fils n'étaient tout simplement pas à la hauteur. Les interjections tout au long du livre, alors que je suppose qu'elles étaient là pour guider le lecteur à travers une histoire assez terne, m'ont juste distrait et interrompu le cours de l'histoire. J'aurais préféré passer à côté de la «narration» de juillet et de son refus de dire la vérité, et de la lire comme un livre normal. Je suppose que les interjections étaient destinées à rendre le livre plus personnel, et donc plus intéressant, mais il a tout simplement échoué lors de l'exécution.

Les personnages étaient sous-développés, sans intérêt, et le livre entier semblait traîner un peu. Je ne comprends pas tout le battage médiatique, mais je suis prêt à considérer le point de vue de quelqu'un d'autre sur la raison pour laquelle il pense que c'était un excellent livre.

Laisser un avis pour The Long Song