Page d'accueil > Fiction > Mystère > Romance > Feuilles rouges Évaluation

Feuilles rouges

Red Leaves
Par Paullina Simons
Avis: 4 | Évaluation globale: Le mal
Lauréat du prix
0
Bien
0
Médias
0
Le mal
3
Terrible
1
Sur un campus universitaire de la Nouvelle-Angleterre, le corps nu d'une belle étudiante se retrouve figé dans un banc de neige. Pourquoi n'a-t-elle même pas été portée disparue par ses amis? Spencer O'Malley, le détective de police affecté à l'affaire, est bientôt entraîné dans le monde étrange de quatre amis, Jim, Conni, Albert et Kristina. O'Malley constate que ces enfants privilégiés qui ont joué,

Avis

date de révision 05/13/2020
Luciana Delaurie

certains livres devraient rester épuisés, laissés à moisir et à pourrir sans que les lecteurs curieux les traquent et dérangent la sagesse de la nature. même ceux qui ont des encarts impertinents comme celui-ci:

photo DSC03690_zpsf214b487.jpg

scandaleux!

si vous m'aviez dit que ce livre avait été écrit par un extraterrestre de la planète glorp sans aucune connaissance du comportement humain, je n'aurais aucun mal à y croire.

si vous me disiez que c'était un livre de nanowrimo, écrit en un mois, sans relecture ni sommeil d'auteur, je comprendrais.

si c'était le travail d'un enfant ou d'un chien qui se prend pour des gens, je pourrais en pardonner beaucoup.

mais.
ce n'est pas.

ce n'est tout simplement pas très bon, et parfois, c'est terrible. c'est une représentation très déformée de la façon dont les humains se comportent et interagissent, et c'est si involontairement drôle par endroits, je me sens presque mal pour ça.et je suis également confus - il y a une grande révélation à la fin du livre que j'avais pris comme une donnée depuis le début. puis à mi-chemin, je me disais "Oh, attends, on n'est pas encore supposé avoir deviné ça?" parce que c'était tellement évident, que j'étais sûr que c'était une de ces choses où le lecteur est mis au courant de quelque chose que les personnages n'ont pas encore compris. mais non. c'était censé être cette grande surprise, et quand elle l'a révélée, je me sentais très gênée, comme quand Ricky Martin est sorti et que tout le monde était genre, "duh".

Je ne me sens vraiment pas trop mal de le jeter, car il est épuisé, et le romancier a une carrière réussie en écrivant une fiction historique qui est bien reçue, donc je peux simplement côteler doucement ce livre comme une indiscrétion juvénile, comme moi celui-là fois dans ce club, je suis tombé sur à providence.

tant de méyrismes aussi - pourquoi tout le monde haletant tout le temps ?? c'est déconcertant. L'air est-il mince dans le New Hampshire ?? je suis inquiet parce que mon père va déménager là-bas, et je veux m'assurer qu'il pourra respirer sans haleter tout le temps. c'était le vrai mystère: où est passé tout l'air?

oh mon dieu, et ceci:

"elle gisait là nue dans la neige?"

"Oui." frankie haussa les épaules. "Je sais que ça a l'air bizarre. Mais c'était une étudiante en philosophie. Il y a des hommes au Tibet qui se percent les auges ou mangent des épées ou marchent sur des charbons ardents et ne se blessent pas. Elle avait ce cadeau. du froid."


SAVIEZ-VOUS QU'ÊTRE UNE PHILOSOPHIE MAJEURE VOUS A DONNÉ DES POUVOIRS MAGIQUES ???

young'uns - prenez note.

il y a tellement de conversations hilarantes, de confrontations, de décisions inexplicables, presque RIEN dans ce livre n'a de sens. c'est une huée, mais ce n'est pas douloureux à lire ou quoi que ce soit, c'est juste parfois, vous arriverez à un passage et voudrez vous gifler un peu le front en gémissant de joie.

je suppose que c'est ma propre putain de faute, ce livre a été épuisé en toute sécurité jusqu'à ce qu'une mission de conseil des lecteurs histoire secrète m'a amené à tomber dessus, et après avoir appris que le nypl n'avait qu'un exemplaire de ce livre en grand format, qui avait disparu, j'aurais dû prendre non pour signifier non.

mais je ne peux pas faire ça.

et après avoir lu la critique d'Elizabeth d'un autre livre du même auteur que vous pouvez voir ici, on m'a en quelque sorte fait une offre pour me faire envoyer ce livre par jen - qui m'a déjà envoyé un film de merde au cours de notre amitié, il était donc temps de se faire envoyer un livre de merde. notre relation est basée sur la merde.

et j'aime jen pour l'avoir reçu.
et j'ai adoré le lire, surtout pour les mauvaises raisons.

car, vraiment, ce n'est pas si mal.
mais c'est en quelque sorte.

et c'est RIEN comme histoire secrète.

viens sur mon blog!
date de révision 05/13/2020
Klement Sirak

Je ne sais pas quoi dire de ce livre. J'ai même eu du mal à décider combien d'étoiles lui accorder. Ce n'était pas bon, pas vraiment du tout. Il y avait des parties dignes de grincer des dents. Mais, il a eu ses moments et c'était une sorte de tourneur de pages.

«Red Leaves» est l'histoire de deux personnes dans l'âme; Kristina Kim et Spencer O'Malley. Kristina est sur le point d'avoir 70 ans, elle est majeure en philosophie à Dartmouth et est pleine de promesses pour l'avenir. Sauf, elle est un peu complètement idiote (plus tard). Elle a le même groupe d'amis très unis depuis l'année de la première année; Jim Shaw (son petit ami), Conni Tobias et Albert Maplethorpe (le petit ami de Conni avec qui elle a une liaison). La première section du roman lui appartient alors qu'elle traverse les derniers jours avant la pause de Thanksgiving, culminant avec sa traditionnelle promenade nue sur un pont glacé avec une chute de XNUMX pieds (non, cela n'est jamais vraiment expliqué). Sa partie se termine brusquement ici parce que son corps se trouve dans les bois, et Spencer prend le relais. Spencer s'est rencontrée et a été intriguée par Kristina dans les jours qui ont précédé sa mort. Il devient obsédé par l'affaire et le lecteur subit des rebondissements alors que Spencer se penche sur le tueur et remonte des secrets du passé.

Nous allons commencer avec le personnage le plus stupide mis sur papier, Kristina. J'ai lu beaucoup de critiques négatives de ce livre et la plupart semblent être d'accord sur un point, Kristina n'a aucun sens. Elle change pour toujours, donc sa motivation est souvent déroutante. Parfois, je devais me demander si elle était même un peu lente, ou peut-être étrangère. Quand les événements de son passé sont révélés, je pense que nous étions censés la comprendre un peu mieux, mais ... je ne l'ai pas fait. De plus, son raisonnement était absurde. Par exemple, au début, elle est victime d'un accident de voiture qui se retourne et totalise sa voiture. Alors que l'autre chauffeur cherche de l'aide, Kristina quitte la voiture et trébuche sur le campus, non pas parce qu'elle est sous le choc ou ivre, mais parce qu'elle n'est pas fan des hôpitaux. Elle passe le reste de sa courte vie dans la douleur. Pourquoi? Si on nous avait donné un traumatisme lié à l'hôpital, je le comprendrais peut-être, mais nous ne l'étions pas et son obstination était absurde. Et si ce n'est pas assez stupide, après qu'elle soit rentrée à la maison, elle commence immédiatement à faire face à la merde, donc si les flics devaient arriver, comme on pourrait l'imaginer, elle aurait l'air comme si elle était ivre.

Spencer avait plus de sens. Cela aurait pu améliorer les choses si le livre lui avait appartenu entièrement. En fait, tout le livre s'est amélioré avec l'arrivée de Spencer. Tout en pataugeant dans la première moitié, je me suis arrêté pour vérifier si l'anglais n'était peut-être pas la première langue de Mme Simons. L'auteur est originaire de Russie, mais elle a déménagé dans le Queens dans son enfance, donc l'explication de la langue semble théorique. C'était donc un problème. Parfois, cela se lisait comme une amorce. "Kristina est montée dans la voiture. Elle a démarré la voiture. 'Je déteste cette voiture!' dit-elle." Pas bon. Si tout avait été comme ça, j'aurais arrêté. Heureusement, les choses se sont améliorées avec la narration basculée du point de vue de Spencer.

En outre, le livre était quelque peu imprégné de mystère. Tellement, en fait, qu'ils n'ont pas tous été résolus de manière adéquate. Il y avait aussi quelques rebondissements qui, j'en étais sûr, étaient censés choquer. Et ce n'est pas comme si je les voyais tous venir, je ne l'ai pas fait, mais si Mme Simons voulait me scandaliser, elle n'allait vraiment pas assez loin. En fin de compte, je n'étais pas vraiment satisfait des connaissances qui nous restaient, moralement ambiguës ou non. J'ai compris les faits mais pas toutes les motivations et cela m'a laissé, pas exactement insatisfait du livre, mais certainement perplexe. Et je ne suis pas sûr que ce soit une bonne chose.
date de révision 05/13/2020
Homere Kalmus

J'ai vraiment eu du mal à parcourir ce livre. La raison pour laquelle je l'ai choisi était qu'il était comparé à "L'histoire secrète" de Donna Tartt. Il n'y a pas de comparaison autre que le fait que le livre implique un groupe d'amis d'université. Il y a eu plusieurs fois où j'aurais souhaité pouvoir simplement DNR ce livre mais depuis que j'ai reçu une copie gratuite de l'éditeur, je me suis senti obligé de lire le livre entier afin de le relire. Apparemment, ce livre a été publié par St. Martin's en 1996 mais est épuisé depuis de nombreuses années et maintenant William Morrow réédite cinq des livres de l'auteur au cours des trois prochaines années. L'auteur a reçu des prix pour son travail, alors c'est peut-être juste moi.

Cette histoire implique une jeune femme, Kristina Kim, et ses relations très compliquées avec Connie, Jim et Albert. Vous savez par les textes des médias que Kristina va être assassinée. Elle est la narratrice dans la première section du livre, qui se compose principalement de conversations répétitives entre les quatre «amis» à propos de celui-ci aime celui-ci et que l'on aime celui-ci et que l'on triche et que l'on veut que la relation se termine, sur et encore et encore. À un moment donné, Kristina rencontre un policier, Spencer O'Malley, avec qui elle a un flirt. C'est O'Malley qui est chargée de son enquête sur le meurtre et il est déterminé à trouver son tueur.

Il y a eu tellement de fois tout au long de ce livre quand j'ai pensé "Quoi ??" Les conversations étaient toujours un peu décalées, contradictoires, guindées et irréalistes. Les événements ne me convenaient tout simplement pas. Je n'ai pas trouvé la fin grande révélatrice que choquante. J'ai bien aimé quelques petites sections du livre, mais il allait à nouveau s'effondrer pour moi. Je pense que l'histoire n'était pas mauvaise, mais elle était très mal écrite. Mes excuses à l'éditeur et à l'auteur, mais vraiment, ce livre n'est pas à égalité avec "The Secret History" et ne doit pas être comparé à lui car il est trompeur.

Ce livre m'a été donné par l'éditeur via Edelweiss en échange d'une critique honnête.

Laisser un avis pour Feuilles rouges